Le Venezuela

Almagro voulait également qu’une partie de l’argent soit bloquée

Dans le cadre de l’opération menée par Juan Guaidó, Leopoldo López et un groupe d’anciens députés de l’extrême droite vénézuélienne pour obtenir plus de 53 millions de dollars que les États-Unis maintiennent bloqués du Venezuela, le nom de Luis Almagro est apparu qui pour son « services »pour gérer à travers leurs comptes cet argent a demandé le bicoca de 13 millions de dollars.

Ceci est révélé par l’audio de l’ancien député Sergio Vergara, qui lors de la présentation du soi-disant «budget» a souligné que compte tenu de cette somme exagérée demandée par l’actuel secrétaire général de l’Organisation des États américains, ils ont opté pour d’autres sociétés pour mener cette opération de blanchiment d’argent des Vénézuéliens enlevés par l’Office of Foreign Assets Control (Ofac) des États-Unis.

«Quand nous sommes allés à l’OEA, nous avons réalisé qu’ils n’avaient aucun type de structure ou d’expertise, ils allaient externaliser la relation et le budget au lieu d’être d’environ deux millions, trois millions, cela allait être près de 13 millions parce que ils facturaient un pourcentage de ce qu’ils allaient administrer. Ensuite, la décision finale a été prise de recommencer par cette même voie et l’économie est de près de 70%, explique Guevara.

A cet égard, le président de l’Assemblée nationale (AN), le député Jorge Rodríguez a souligné que ces aveux de ces extrémistes témoignent de la cupidité de ces secteurs où se trouvent tous les porte-parole de la campagne anti-vénézuélienne basée en Amérique du Nord, en Colombie et en Espagne. impliqué.

«Voleur volant des voleurs, comme on dit ici», dit-il.

Vous pourriez également aimer...