Le Venezuela

Le bureau de l’Ombudsman s’efforce de renvoyer les créoles à Apure

Le Bureau du Médiateur a signalé que dans la région frontalière de l’État d’Apure, où des groupes irréguliers ont récemment fait des descentes pour menacer la paix et la sécurité du pays, la présence des organisations de défense et de protection de la population a été renforcée.

En ce sens, Alfredo Ruíz, Médiateur, a précisé qu’il coordonne avec son homologue colombien et les autorités d’Arauca les mesures de retour des Vénézuéliens qui ont été récemment déplacés par les violences générées dans l’État d’Apure à la suite de l’incursion de groupes irréguliers. le pays voisin.

« Nous travaillons pour que le retour des Vénézuéliens soit aussi rapide que possible, aussi confortable, aussi sûr que possible », a déclaré Ruíz.

Dans une interview offerte à Radio del Sur, il a commenté qu’il y a des risques dans la région en raison du voisinage avec le pays de la Nouvelle-Grenade, qui est le principal producteur de drogue dans le monde et où des actes de violence sont constamment générés.
« La situation s’est un peu plus aggravée avec la mise en place de mines antipersonnel, mais il y a déjà une présence des Forces armées nationales bolivariennes », a déclaré le défenseur.

Il a également déclaré qu’il existe une commission spéciale de sept fonctionnaires du Bureau du Médiateur dans la région qui a été perturbée par les groupes criminels armés colombiens.

Il a dit que des conseils sont recherchés auprès des Nations Unies, pour l’élimination des mines antipersonnel, « pour soutenir le nettoyage de toutes les routes, champs ou secteurs où ils peuvent exister ».

Il a rappelé que dans la zone de conflit, il avait été détecté que les irréguliers avaient commencé à installer des laboratoires pour la production de drogue, il avait également été découvert qu ‘ »ils construisaient des pistes clandestines » et l’emplacement des avions pour essayer d’utiliser le territoire vénézuélien en drogue trafic, où le Fanb a repoussé ces actions qui violent la paix dans la région.

En coordination avec l’ONU

Jorge Arreaza, Ministre des affaires étrangères de la République, a indiqué qu’ils sont en coordination avec les organismes des Nations Unies, avec une expertise dans la désactivation des mines antipersonnel, afin d’appuyer les Forces armées nationales bolivariennes dans le déminage dans les zones frontalières du pays. À travers son profil Twitter, il a souligné que ces actions visent à contrer les mines posées par les groupes armés irréguliers colombiens, dans leur tentative d’attaquer le Venezuela. Dans sa publication, il a évoqué la réunion que l’ambassadeur du Venezuela auprès de l’ONU, Samuel Moncada, a tenu avec le directeur en charge du Service des Nations Unies pour les activités liées aux mines pour aborder la question.

Vous pourriez également aimer...