Le Brésil

Le Camp Marielle Vive doit être appuyé par une injonction du STF

São Paulo – Les familles du camp Marielle Vive, appartenant au Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), à Valinhos (SP), ont commémoré la décision du ministre Luís Roberto Barroso, de la Cour suprême fédérale (STF), d’étendre les effets de la décision d’injonction suspendant les expulsions, les déménagements et les reprises de possession pendant la pandémie de covid-19. La mesure de précaution n’était valable que jusqu’au 3 décembre.

Sur la base de cette date, la Cour de justice de São Paulo (TJ-SP) a décidé de reprendre possession de la colonie Marielle Vive. La zone appartient à Fazenda Eldorado Empreendimentos Imobiliários. Mais, selon le MST, il était à l’abandon depuis des années lorsqu’il était occupé en avril 2018 par environ 450 familles. Par décision du TJ-SP, l’expulsion a été fixée au dernier vendredi (3), le jour même où l’injonction a pris fin. Maintenant, avec la prolongation de la durée de l’injonction, les travailleurs ruraux vivant dans l’établissement sont protégés jusqu’au 31 mars 2022.

Ressources du camp

La décision de Barroso, cependant, sera toujours soumise à la plénière de la Cour, qui peut confirmer ou révoquer la suspension des renvois. La mesure a été prise dans le cadre de l’Allégation de non-respect des préceptes fondamentaux (ADPF) 828, déposée par Psol et d’autres entités de la société civile. En parallèle, l’avocat et directeur du MST de São Paulo Nilcio Costa explique que le mouvement étudie de nouvelles façons de garantir la permanence des familles sur le terrain.

« Nous allons déposer un recours et essayer une mesure conservatoire au STJ (Cour supérieure de justice) ou au STF pour garder les familles et le camp jusqu’à ce que tous les recours judiciaires qui sont en cours soient épuisés », observe-t-il. « Et cela dépendra aussi du jugement au fond de cette ADPF, car jusqu’à présent seule l’injonction préliminaire a été accordée. Nous espérons qu’au fond la Cour suprême posera certaines conditions pour l’accomplissement des reprises de possession. Parce que jusqu’à aujourd’hui, historiquement, le pouvoir judiciaire se limite à accorder l’ordonnance de reprise de possession et les familles sont simplement expulsées, déplacées, sans aucune perspective d’inclusion dans les programmes sociaux et les politiques publiques dans les zones rurales et urbaines.

La prolongation du mandat de l’APDF n’a cependant pas pu soutenir toutes les personnes menacées d’expulsion. Au lendemain de la décision du ministre Barroso, jeudi (2), 240 familles ont été expulsées de l’occupation Nova Conquista, située sur un terrain privé dans la zone sud de la ville de São Paulo. Dans la décision, le 3e tribunal civil du Foro Butantã a fait valoir que la principale raison de l’urgence de la réintégration était le risque de glissements de terrain. Cependant, les habitants affirment qu’aucune évaluation n’a été effectuée pour le prouver.

Nouvelles familles de conquête dans la rue

«Elle (le juge) a déclaré qu’elle avait cette évaluation selon laquelle il s’agissait d’une zone à risque, mais cela a été mentionné par eux là-bas. Nous ne savons pas d’où vient cette évaluation », souligne Fátima dos Santos, conseillère pour le Logement et membre de l’Union des mouvements du logement de São Paulo (UMM-SP).

« Ils ont rencontré les intérêts de l’entreprise de construction et non ceux des familles. À tel point qu’ils ont déclaré que c’était une zone à risque, mais, en fait, la partie qui était à risque, la Défense civile elle-même a guidé les familles à ne pas rester et elles ne sont pas restées dans cette partie à risque. Ensuite, ils ont soulevé la question de l’environnement, qui était une zone de forêt, qui ne pouvait pas être construite. Mais hier encore, le tracteur de la ville était là pour abattre les arbres. Et nous savons que l’avocat du propriétaire, qui est une entreprise de construction, a dit qu’il allait construire un projet là où ils disent que c’est une zone à risque et une zone environnementale », commente-t-il.

En plus d’empêcher les expulsions d’être effectuées pendant la pandémie, l’injonction du ministre Barroso établit également que si une zone est libérée, il appartient au gouvernement de veiller à ce que les familles soient accueillies dans un endroit sûr. Mais cela n’a pas non plus été respecté dans le cas des résidents de l’occupation Nova Conquista. Selon le conseiller, les familles n’ont pas reçu l’aide nécessaire sous la direction de Ricardo Nunes (MDB). Et beaucoup d’entre eux n’ont eu d’autre choix que de retourner dans la rue.

Consulter le rapport

Vous pourriez également aimer...