La Colombie

Le chômage aux États-Unis est tombé à 4,2%, c’est presque trois fois moins qu’en Colombie

Le taux de chômage aux États-Unis est tombé à 4,2 % en novembre, la première fois en près de deux ans, est inférieur à celui enregistré au début de la pandémie en mars 2020 (4,4 %), même si le rythme de création d’emplois et d’emplois continue de décevoir.

Il y a actuellement 6,9 millions de chômeurs aux États-Unis. (un pays de 331 millions d’habitants).

Le chômage a baissé de quatre dixièmes par rapport à octobre, a rapporté ce vendredi le département américain du Travail, et est de plus en plus proche de 3,5% en février de l’année dernière, avant que la pandémie de Covid-19 ne soit déclarée qui a stoppé l’activité économique dans le pays.

Cependant, la création d’emplois a été inférieure aux attentes et est restée à 210 000 nouveaux emplois, par rapport aux prévisions de la plupart des analystes selon lesquelles plus de 500 000 emplois seraient créés.

La tendance inégale se confirme

Les chiffres de novembre confirment la tendance de ces derniers mois sur le marché du travail américain, où le chômage maintient un bon taux mensuel à la baisse, mais la création d’emplois continue de décevoir.

Par secteurs, ceux qui ont généré le plus d’emplois étaient les services professionnels et les entreprises, avec 90 000 emplois, et celui du transport et de la logistique, avec 50 000 ; tandis que le commerce de détail a perdu 20 000 salariés (notamment dans les magasins de vêtements et accessoires).

Les chiffres continuent de montrer, comme d’habitude aux États-Unis, de grandes différences entre les groupes raciaux, et tandis que pour les Blancs, le chômage s’élève à 3,7% ; pour les Afro-Américains, il est de 6,7% et pour les Hispaniques, de 5,2%.

Les salaires horaires des travailleurs ont augmenté en moyenne de 8 cents à 31,03 $ l’heure le mois dernier et ont augmenté de 4,8% dans l’ensemble en un an.

En novembre, le taux d’activité sur le marché du travail, c’est-à-dire la proportion de personnes en âge de travailler qui ont un emploi ou en recherchent activement un, est passé à 61,8%, plus qu’en octobre, mais toujours en baisse par rapport à 63,3% en février 2020. .

Ce chiffre inquiète beaucoup la Réserve fédérale (Fed, qui est chargée de dicter la politique monétaire américaine) et explique l’apparente contradiction d’une baisse continue du chômage sans données de création d’emplois plus robustes.

Un casse-tête pour la Fed

La Fed, qui a un double mandat pour promouvoir le plein emploi et la stabilité des prix, surveille de près la participation au marché du travail pour déterminer quand relever les taux d’intérêt et ainsi lutter contre l’inflation, qui a grimpé en octobre jusqu’au 6, 2%, le taux le plus élevé depuis 1990.

La baisse de la participation au marché du travail préoccupe également beaucoup les entreprises qui éprouvent des difficultés à embaucher du personnel. et que dans de nombreux cas, ils se retrouvent avec des postes vacants.

En novembre, selon des enquêtes menées par le ministère du Travail, 1,2 million d’Américains ne travaillaient pas ou ne cherchaient pas activement un emploi à cause de la pandémie.

« Je m’attendais à des chiffres beaucoup plus robustes en novembre car les cas de covid-19 étaient à un niveau très bas pendant la première quinzaine du mois et parce que les gens anticipaient leurs achats de Noël », a-t-il écrit sur Twitter après la publication du rapport du département du Travail. l’économiste et ancien conseiller de l’ancien président américain Barack Obama Betsey Stevenson.

« Maintenant, je pense que nous verrons une révision à la hausse des chiffres de novembre et plus encore, en décembre. Si nous parvenons à battre la variante omicron, nous nous retrouverons avec une création d’emplois d’environ 400 000 et 500 000 postes mensuels », il a prédit

Vous pourriez également aimer...