Le Brésil

Le candidat chilien d’extrême droite a surfé sur une vague de mécontentement politique

São Paulo – Le résultat de l’élection présidentielle chilienne, dimanche (21), qui a conduit au second tour, avec 27,91% des voix, le candidat d’extrême droite, José Antonio Kast, du Front chrétien social, a impressionné les politologues qui ont suivi le cycle de manifestations dans le pays en 2019, la soi-disant « explosion sociale ». Une forte mobilisation populaire qui s’est soldée par la convocation d’un processus constituant pour enterrer une fois pour toutes l’ensemble des lois instituées par la dictature d’Augusto Pinochet. Mais celui-ci, malgré la révolte, a fini par prendre en première place le fils d’un ancien officier des Forces armées allemandes de l’Allemagne nazie, qui revendique l’héritage de Pinochet.

Le bilan est que le choix de Kast était un vote anti-système, mais pas seulement. Dans une interview avec Glauco Faria, de Journal actuel du Brésil, professeur au Département de science politique de l’Institut de philosophie et de sciences sociales de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), Talita Tanscheidt constate qu’il y a en fait une composante contestataire dans les résultats électoraux. Le candidat d’extrême droite se rend au second tour face au représentant de gauche, Gabriel Boric, de la coalition entre le Frente Amplio et le Parti communiste, qui totalise 25,3% des voix.

anti-système

Ancien leader étudiant des manifestations de 2011, Boric a été élu au Congrès chilien en 2013 grâce à une candidature indépendante. Et, en 2017, lui et d’autres dirigeants ont formé cette nouvelle coalition de gauche qui cherchait à surmonter ce qu’était la gauche conventionnelle à l’époque. Depuis, il surprend dans la course électorale.

Pendant l’élection, une autre surprise a été la position de l’économiste Franco Parisi. Considéré comme atypique, il était troisième dans le contentieux, avec 12,9%. Franco a misé sur un discours populiste et antipolitique dans une campagne menée entièrement aux États-Unis, sans aucune visite dans le pays. Alors que les coalitions traditionnelles qui ont structuré la politique chilienne au cours des trois dernières décennies, représentées par Yasna Provoste, du centre gauche, et Sebastián Sichel, du centre droit, ont remporté les quatrième et cinquième places.

Talita considère cependant que le résultat de Kast s’explique aussi par son ingéniosité à politiser des questions qui n’étaient pas abordées depuis le boom social. Ce qui explique aussi le premier tour chilien.

peur et espoir

« Il a traité des thèmes qui sont devenus pertinents, comme la migration. Un million de personnes ont migré au cours des cinq dernières années. Sujet du droit de l’ordre public, comme la violence et la criminalité, il a su entrer alors que les autres candidats se taisaient. Et il y a la question de la stabilité politique et économique. On ne peut pas mépriser la fatigue des gens après deux ans de manifestations de rue, de couvre-feux et de barricades. C’était une combinaison de votes contestataires avec des thèmes qui sont dans le débat public », commente-t-il.

Le politologue observe cependant la montée de l’extrême droite avec inquiétude. Selon elle, le candidat de la gauche, qui a obtenu un peu moins de 2% des voix – un écart de 150 000 – devra augmenter sa capacité de convocation et de mobilisation, puisque voter au Chili n’est pas obligatoire et que l’abstention était assez élevée. le premier tour. Le taux de participation avoisine les 47 %. Pour Talita, Boric devra également conclure des accords et élargir des alliances, y compris avec d’autres spectres pour gagner.

« C’est extrêmement préoccupant (le résultat de l’ultra-droite). Peut-être que Kast a quelque chose de plus dangereux que (Jair) Bolsonaro, car lui, comme il appartient aux élites chiliennes, a un trafic très facile à travers elles (…) Il parle très bien, a grandi dans les élections en participant aux débats, et depuis Dimanche, il a misé sur le discours de l’union, pas sur la fragmentation. Ce qui est attendu. Il a besoin de 20% pour gagner les élections, il doit donc tirer dans les deux sens. Mais du point de vue de la démocratie et des droits de l’homme, on sait ce que signifie une telle candidature », prévient le scientifique.

Découvrez l’entretien

Éditeur : Clara Assunção – Montage : Helder Lima

Vous pourriez également aimer...