Le Venezuela

Un Afro-américain libéré après 43 ans d’emprisonnement par erreur aux États-Unis

Un juge du Missouri (États-Unis) a ordonné mardi la libération de Kevin Strickland, qui a passé 43 ans en prison, estimant que cet Afro-Américain a été condamné à tort pour un triple meurtre en 1978.

Dans sa décision, le magistrat James Welsh a conclu qu’il n’y avait « aucune preuve matérielle qui impliquait directement Strickland » dans le meurtre de Sherrie Black, Larry Ingram et John Walker à Kansas City (Missouri), rapporte El Comercio sur son site Internet.

« Strickland a été condamné uniquement sur le témoignage d’un témoin (Cinthya) Douglas, qui est ensuite revenu à ses déclarations, dans lesquelles elle l’a identifié comme l’un des quatre auteurs » du crime, a fait valoir Welsh dans sa résolution.

Selon l’agence AFP, Kevin Strickland, 62 ans, avait été condamné en 1979 à la réclusion à perpétuité par un jury entièrement blanc pour un triple meurtre survenu un an plus tôt à Kansas City, Missouri.

Strickland a fermement proclamé son innocence et, plus tôt cette année, le bureau du procureur du comté de Jackson, qui comprend Kansas City, a décidé qu’il avait été condamné à tort.

Après avoir examiné l’affaire, le juge James Welsh a ordonné la libération immédiate de Strickland mardi.

La seule survivante, Cynthia Douglas, a identifié Strickland comme l’un des quatre hommes responsables du massacre, mais est ensuite revenue sur son témoignage.

Deux des hommes reconnus coupables des meurtres ont déclaré que Strickland n’était pas impliqué et ont identifié deux autres hommes comme participants.

Il n’y avait également aucune preuve liant Strickland au crime, et il a même fourni un alibi pour savoir où il se trouvait à l’époque.

C’est l’homme qui par erreur a passé le plus d’années derrière les barreaux

Strickland est le plus ancien détenu à tort derrière les barreaux de l’État du Missouri et l’un des plus longs emprisonnés à tort de l’histoire des États-Unis.

Nouvelle législation

Selon l’agence AP, la décision prise par un juge mardi de libérer Kevin Strickland, détenu de Kansas City, a été possible grâce à une nouvelle loi du Missouri visant à libérer les personnes incarcérées pour des crimes qu’elles n’ont pas commis.

La loi, qui était une disposition d’un projet de loi sur les crimes plus large, donne aux procureurs le pouvoir de demander une audience s’ils ont de nouvelles preuves que la personne condamnée peut avoir été condamnée à tort.

Les audiences ont lieu dans le comté où le détenu a été condamné et la décision de libérer le détenu appartient au juge.

Peters Baker est devenue le premier procureur à utiliser la loi lorsqu’elle a déposé une requête le 28 août, le jour où la loi est entrée en vigueur, demandant une audience pour Strickland. L’audience a été rapidement programmée pour le 2 septembre, avec une deuxième audience prévue pour le lendemain, laissant penser à beaucoup que Strickland était sur le point d’être libéré.

Vous pourriez également aimer...