Le Brésil

le caractère unique d’un collectif

La lutte pour la démocratie exige un dévouement et un courage intenses. Le sujet historique digne de ce nom se voit confier la tâche de transpirer la mobilisation par tous les pores, agissant sur tous les fronts, offrant son visage dans toutes les disputes, sans compromis. La lâcheté est le plus grand ennemi de l’État démocratique. Il faut du courage pour briser la similitude subjective et maintenir l’indomestication vivante qui nous pousse vers le futur. C’est l’esprit qui m’a conduit au groupe Prérogatives et les Prérogatives à moi.

Pendant longtemps, j’ai réalisé la singularité réservée à ce collectif d’avocats. Le volume de déclarations qui en découlait, le ton affirmé des articles, la production inlassable de débats et de réflexions techniques, la publication intégrée de livres et l’absence de toutes concessions face à l’opération judiciaire la plus criminelle jamais menée sur le sol brésilien – finalement enseveli par l’évidence – c’étaient des indices que je faisais face, non seulement à un «événement collectif», mais à un «événement discursif» – selon les lignes théoriques proposées par le linguiste Michel Pêcheux.

Les prérogatives ont ébranlé le régime des formulations répétitives et erratiques qui ont envahi une scène publique en conflit avec la saturation politique, la peur et l’angoisse, ont apporté du piquant, un sens de l’humour raffiné, un langage juridique accessible – sans le rendre facile – et une éthique constante d’indignation la démagogie violente de la justice.

Il a élevé la discussion sur Lava Jato à la dimension des hypothèses théoriques, murant l’opération corrompue dans le domaine des idées avec une robustesse épistémologique. Elle a déverrouillé, pour ainsi dire, les sens: elle a permis à l’opinion publique d’avoir accès à la rigueur des reformulations herméneutiques à la lumière de l’urgence institutionnelle, sauvant les piliers de la pensée philosophique appliquée au sens du mot «  justice  » et de sa signification orbite.


Chaîne YouTube du Grupo Prerrogativas


Dans l’incrédulité d’un droit écrasé par des indices absurdes, des contraintes abusives et des dépêches délirantes, Prerrô a rempli sa mission de re-présenter le champ de la connaissance qu’ils avaient oublié: la logique.

Pour un linguiste, l’ensemble des actions collectives représentait l’élément stratégique le plus efficace dans la lutte contre la vague de violence institutionnelle qui a englouti le pays au cours des 6 dernières années, puisque sa conséquence a produit l’antidote argumentatif non seulement contre Lava Jato – cette excroissance macabre de la pègre juridique – mais au bolsonarisme lui-même, avec son terraplanisme toxique, un mélange de mauvais caractère, de paresse cognitive et d’éclatement grammatical.

Prerrô a ouvert la voie à la réunion du pays avec lui-même – c’est pourquoi il s’agit d’un «  événement discursif  », un événement dans le monde de la production de sens qui se propage à travers le tissu social et produit une toute nouvelle réalité de formulations et de tons dans le au milieu du débat public.

Le collectif a également su peupler l’espace numérique de manière irrésistible. Il a fait les ponts avec tous les médias, combattu la haine, dénoncé les atrocités et enflammé la communication confuse de certains véhicules, ramenant des figures d’estime de soi et d’engagement souverain pour des secteurs démocratiques encore effrayés par tant de violence institutionnelle associée à la négligence intellectuelle.

Toast à l’audace

Un pays ne se fait pas seulement dans les cycles électoraux, bien qu’ils soient les plus importants. Un pays et une démocratie se construisent par intermittence, avec des actions multiples, sur tous les fronts du champ politique et du champ de la connaissance.

Portons un toast à l’audace du Groupe des Prérogatives, qui a su semer avec une profonde spontanéité et nommé la volonté des fondations d’un nouvel État de droit démocratique dans un pays brisé par l’immense ambition d’un juge froidement partial et d’un président indifférent à vie humaine.

Nous avons maintenant la prérogative du futur en arrière – qui une fois de plus a habité les possibilités du présent.

Lire d’autres articles de l’auteur


le blog du comte sur le sommet sur le climat et la presse

Vous pourriez également aimer...