Le Brésil

Le cas de l’ivermectine est représentatif de la pseudoscience propagée dans la pandémie – Jornal da USP

« J’ai eu accès à beaucoup de curé à un moment donné à cause de discussions auxquelles je participais, et ils ont commencé à apparaître pop-up ‘venez être notre critique’. Je me demande si quiconque se connecte fréquemment au site recevra cette invitation. De plus, les auteurs qui soumettent un certain nombre d’articles reçoivent une sorte de certificat, et le deuxième relecteur, qui n’a pas pu être nommé par l’auteur lui-même, peut également être nommé dans les prochains articles qu’il soumet », explique Ana Carolina Peçanha.

Un autre point souligné par Caramelli est la courte période d’examen, qui est même annoncée par le magazine comme un avantage. « En regardant l’historique de cet article sur l’ivermectine, nous voyons que l’examen par les pairs a commencé le 4 et s’est terminé le 13 janvier. Et l’ouvrage a été publié le 15 janvier. Vous ne pouvez pas faire ça en neuf jours. Tout bon magazine qui vous demande de réviser un article vous donne un délai d’au moins trois semaines. Cet article a été révisé en un temps record. Il n’y avait rien à corriger, pas même une erreur d’anglais ? Je n’ai même pas consulté les auteurs ? », demande le professeur de l’USP.

Ce système de revue fragile se reflète dans les erreurs méthodologiques trouvées dans les articles. L’article sur l’ivermectine, dit Alencar Neto, est extrêmement déroutant. « On ne sait pas s’il s’agit d’une étude prospective ou rétrospective, c’est-à-dire si les chercheurs ont évalué le passé ou évalué à partir d’un point dans le présent et continué. Cela fait toute la différence dans la recherche.

Il ne précise pas non plus les résultats qui feront l’objet de recherches. « C’est essentiel, car à partir de la définition des résultats, la taille de l’échantillon est calculée, c’est-à-dire combien de patients doivent être dans l’étude sont définis. Autre chose : où sont les termes du consentement de ces 200 000 personnes ? Je n’ai rien vu à ce sujet. L’étude indique qu’elle a comparé ceux qui n’ont pas reçu d’ivermectine par la municipalité d’Itajaí à ceux qui l’ont reçue, et quelle est la mortalité des deux groupes. Et constate par conséquent que le groupe qui a reçu par la ville avait une mortalité plus faible. Mais comment savoir si tous ceux qui ont reçu de l’ivermectine par la mairie l’ont pris ? Et si ceux qui ne l’ont pas reçu, ne l’ont pas pris d’une autre manière ? Pensez-vous qu’une personne qui ne l’a pas reçu ne peut pas aller à la pharmacie et l’acheter ? », demande Alencar Neto, expliquant que cela s’appelle croisementet cela peut même arriver dans les études, mais il faut s’inscrire, car plus le croisement, plus la confiance dans le résultat final est faible. « Tout cela n’est pas clair, et cela indique pour moi un échec des auteurs et aussi de la revue qui a accepté l’article. »

Un autre point souligné par Alencar Neto est que, dans les données que les auteurs eux-mêmes ont présentées plus tard à l’appréciation du public, il y avait un patient enregistré avec 119 ans – et la femme brésilienne la plus âgée était décédée à 116 ans. Un autre semble avoir pris 6 000 comprimés d’ivermectine.

« Cela peut être à la fois une fraude et une erreur. Je ne veux pas porter de jugement de valeur, mais si ces données ne sont pas corrigées ou supprimées, l’analyse qui a été faite par la suite est complètement compromise. L’analyse est compromise par cela et par le grand croisement cela a peut-être existé et nous ne le savons pas. Et nous n’aurons probablement jamais ce chiffre car il s’agissait d’une recherche observationnelle et leur méthodologie est incapable de réaliser cela. Comme je l’ai dit, ce serait une recherche qui, tout au plus, pourrait générer une hypothèse, mais elle a tous ces problèmes.

Tessler attire également l’attention sur le fait que les groupes n’étaient pas randomisés, c’est-à-dire que la recherche compare le groupe qui a volontairement pris de l’ivermectine à la mairie avec un groupe supposé qui n’en a pas pris (supposé car il n’y a pas de contrôle). « Cela conduit à de graves biais et à une corrélation entre les variables. Par exemple, le groupe qui a cherché les pilules peut avoir des conditions socio-économiques très différentes des autres, des problèmes de santé et d’hygiène, qui peuvent être la véritable cause d’un meilleur résultat et qui ne sont pas contrôlés. De plus, il dit qu’il y a des problèmes avec la population considérée, parfois uniquement dans la ville, parfois dans les villes environnantes. « Il s’agit d’une étude méthodologiquement très mal faite qui ne résisterait pas à un examen par les pairs minimalement rigoureux. Par conséquent, il ne peut être publié que dans le curé», déclare-t-il.

Vous pourriez également aimer...