La Colombie

Le chef de la sécurité de Moise n’a pas assisté à un interrogatoire en Haïti

Le chef de la sécurité du palais présidentiel d’Haïti, Dimitri Hérard, ne s’est pas présenté au tribunal ce mercredi 14 juillet, pour répondre aux questions du Parquet concernant l’assassinat du président Jovenel Moise, perpétré il y a une semaine.

Le procureur Bed-Ford Claude, qui s’occupe de l’affaire d’assassinat, avait convoqué Hérard ce matin, mais l’officier de sécurité ne s’est pas présenté au Palais de justice de Port-au-Prince.

Mardi, deux autres responsables de la sécurité présidentielle, l’inspecteur Amazan Paul Eddy, chef de l’équipe du CAT, et le commissaire Jean Laguel, coordinateur général de la sécurité présidentielle, n’ont pas non plus assisté à la convocation du procureur.

Les autorités colombiennes participant à l’enquête sur le meurtre ont rapporté lundi que Hérard avait effectué plusieurs voyages en Colombie cette année.

Hérard a effectué plusieurs voyages en Équateur, au Panama et en République dominicaine en tant que transit vers la Colombie, le pays d’où proviennent 26 mercenaires présumés impliqués dans l’assassinat.

Le président Moise a été assassiné le 7 juillet lors d’un assaut contre sa résidence située dans le quartier Pelerin de Port-au-Prince, où la première dame, Martine Moise, qui reçoit des soins médicaux aux États-Unis, a également été blessée.

Le gouvernement haïtien n’a pas fourni d’informations officielles sur les membres des forces de sécurité qui gardaient la résidence du chef de l’État, mais selon les déclarations du juge de paix chargé de préparer le rapport d’infraction médico-légale, aucun n’a été blessé.

L’image va de mal en pis

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a exprimé mercredi sa préoccupation face à la situation de la pandémie en Haïti au milieu de la crise politique que traverse ce pays après l’assassinat de son président, Jovenel Moise, et a appelé les autres organisations internationales à les soutenir. .dans la réponse au covid-19.

« Nous sommes préoccupés par Haïti, qui, au milieu de bouleversements politiques considérables, a vu des milliers de personnes déplacées en raison de la violence et de l’instabilité croissantes, et les abris surpeuplés pourraient devenir des points chauds actifs pour la transmission du COVID-19 », a déclaré la directrice de l’OPS, Carissa Etienne , lors d’une conférence de presse virtuelle.

La responsable a déclaré que « les fournitures limitées et la violence entravent également la capacité des agents de santé à soigner en toute sécurité les patients dans le besoin », qui, selon elle, pourraient éviter de consulter un médecin pour des raisons de sécurité.

Vous pourriez également aimer...