Le Brésil

Pauvreté menstruelle : comprenez le scénario brésilien !

absorbants

Selon les Nations Unies (ONU), l’accès à l’hygiène menstruelle est considéré comme un droit et doit être traité comme une question de santé publique et de droits humains.

Au Brésil, une adolescente sur quatre n’a pas de serviette hygiénique pendant ses règles.. C’est ce que montre le rapport Livre para Menstruar, préparé par le mouvement Girl Up, qui réclame le libre accès aux articles d’hygiène et aux conditions d’assainissement de base pour les femmes. En lisant ce texte, vous comprendrez pourquoi ce chiffre est préoccupant, et quel est son impact sur la santé, l’éducation et la qualité de vie de la population.

Qu’est-ce que la pauvreté menstruelle ?

Selon l’anthropologue Mirian Goldenberg, le terme né en France peut être défini comme « le manque d’accès non seulement aux articles d’hygiène de base pendant les règles, mais aussi le manque d’informations, d’argent pour acheter un tampon, et surtout, le manque de soutien ». Selon Mirian, une fille sur quatre au Brésil manque la classe parce qu’elle n’a pas de tampons, et parmi eux, 50% n’ont jamais parlé du sujet à l’école.

Une société dans laquelle les femmes cachent leurs tampons et se sentent même gênées d’être vues en train de faire du shopping reflète la difficulté de parler des menstruations. Considérée comme un tabou, de nombreuses filles grandissent et traversent toute la phase de leur première menstruation sans jamais en avoir parlé à leur famille et à leurs amis, traversant tout le processus de manière solitaire. Tout le scénario d’insécurité dès les premières règles, accompagné de honte, de peur, d’inquiétude et même de rejet, s’accentue même lorsque la personne ne dispose pas du minimum d’articles d’hygiène nécessaires.

Aujourd’hui, la prise de conscience du sujet évolue encore à un rythme lent, que ce soit à cause de la société dans laquelle nous vivons, dans laquelle de nombreuses caractéristiques patriarcales imprègnent encore, ou à cause de l’absence même de politiques publiques. Cependant, son impact est clair dans les domaines éducatif, social, personnel et sanitaire de la population.

Impacts sur la société

L’absence de tampons, en plus de provoquer une perte de confiance et d’estime de soi chez les femmes, dépeinte dans le documentaire « Breaking the Taboo », oscarisé en 2019, provoque également des changements de comportement chez ces personnes et des impacts directs sur leur éducation. LES l’absentéisme scolaire pendant la période menstruelle est un signe important que le sujet doit avoir une notoriété publique et être présent dans les débats gouvernementaux.

Pourtant, les données du rapport Livre para Menstruar montrent que le problème imprègne l’environnement dans lequel la femme est insérée. Au Brésil, 20 % des adolescentes n’ont pas d’eau potable à la maison et 200 000 étudient dans des écoles dont les toilettes sont inutilisables, ce qui rend la gestion de l’hygiène menstruelle encore plus difficile.

L’une des principales raisons du manque d’articles pour l’hygiène intime est que caractère financier. Le rapport estime qu’une personne qui a ses règles dépense entre 3 000 BRL et 8 000 BRL au cours de sa vie pour acheter des tampons, ce qui, pour les personnes en situation de vulnérabilité sociale, représente environ quatre ans de travail pour payer toutes les serviettes qui seront utilisées dans votre vie.

En outre, selon l’ONG Oxfam International, les femmes ont perdu environ 4 500 milliards de reais de revenus en 2020 et 64 millions ont perdu leur emploi tout au long de l’année dans le monde, aggravant leurs conditions socio-économiques.

Le manque d’accès aux serviettes hygiéniques pour des raisons économiques ou circonstancielles – comme dans le cas de la population carcérale et des sans-abri – entraîne également de grands risques pour la santé de ceux qui doivent rechercher des alternatives pour faire face à la situation. En effet, des méthodes telles que l’utilisation de tissus, de journaux et même de chapelure sont utilisées pendant la période menstruelle pour compenser le manque d’articles d’hygiène.

Selon Mirian Goldenberg, 80% des femmes interrogées ont utilisé du papier toilette en remplacement de la serviette, tandis que 50% ont utilisé de vieux vêtements avec le même objectif. Selon l’anthropologue, de tels articles peuvent causer des dommages aux organes reproducteurs féminins et des infections des voies urinaires, en plus d’un large éventail d’inflammations et de complications.

Et, après tout, que signifie défendre le SUS ?

La pauvreté menstruelle au Brésil

Aujourd’hui, au Brésil, les absorbants ne sont pas considérés par la loi comme des produits d’hygiène de base, ce qui les empêche de faire partie de l’ensemble des articles de première nécessité dans les paniers alimentaires et d’être exonérés des taxes prélevées par le gouvernement fédéral. Grâce aux mobilisations de groupes, de mouvements militants et d’institutions, le thème a commencé à gagner en visibilité dans les débats de politique publique.

En 2020, la loi 8924/2020 a été approuvée à Rio de Janeiro, par exemple, qui classe les absorbants comme un article essentiel dans le panier alimentaire de base. Pourtant, la même année, le gouverneur de l’État, Wilson Witzel a sanctionné la loi adoptée en 2019 qui garantit la diffusion gratuite de tampons dans le réseau scolaire municipal.

Cependant, au niveau national, la question reste un défi et avance à un rythme lent. Le projet de loi 428/2020, rédigé par la députée Tabata Amaral, qui prévoyait la distribution de tampons dans les espaces publics, n’est pas sorti du journal et a suscité de grandes discussions sur son impact budgétaire.

Ainsi, on peut noter que la pauvreté menstruelle ne consiste pas seulement dans le manque de pouvoir d’achat pour l’acquisition d’articles d’hygiène intime, mais représente aussi le le manque d’information et la façon dont le sujet est encore perçu par la société. La serviette absorbante n’est actuellement pas considérée comme un élément prioritaire par de nombreuses familles et, principalement, par les politiques publiques du pays, ce qui favorise la situation de manque de sensibilisation et d’actions sociales, éducatives et, principalement, dans le domaine de la santé publique.

Vous avez aimé le contenu ? Laissez votre avis dans les commentaires !

LES RÉFÉRENCES

Plan International UK : Journée de la santé menstruelle : la pauvreté et la stigmatisation de la période mondiale s’aggravent sous le confinement

Rapport : gratuit à menstruel

Folha de S. Paulo : « Un adolescent brésilien sur quatre n’a pas accès aux tampons »

Rapport Oxfam : Le virus de l’inégalité

Chambre des députés : PL 428/2020

Département des finances de l’État de Rio de Janeiro : loi de l’État n° 4892

Écoutez, podcast Maria Clara : Qu’est-ce que la pauvreté menstruelle ?


Vous pourriez également aimer...