Le Venezuela

Le Conseil productif des travailleurs de Pequiven assermenté

Dans les installations de Pequiven, situées dans le complexe pétrochimique Jose dans la municipalité de Bolívar de l’État d’Anzoátegui, le ministre du Processus de travail social, José Ramón Rivero, a prêté serment et certifié les porte-parole des Conseils productifs des travailleurs (CPT),

Lors de la cérémonie de prestation de serment des huit travailleurs tenue ce jeudi 13 mai, le ministre a souligné le niveau d’autonomisation qui s’est développé dans l’industrie pétrochimique « en raison des résultats concrets qu’ils donnent dans la production d’urée, d’ammoniac et d’engrais. pour avancer dans notre souveraineté alimentaire ».

Rivero a indiqué qu’à partir de Pequiven les capacités pétrochimiques pour l’exportation de leurs produits sont développées et promues, dans ce qu’il a décrit comme une nouvelle dynamique pour vaincre l’ancien modèle de rentier pétrolier et briser le siège économique impérialiste.

«Aujourd’hui, nous accréditons les porte-parole des conseils productifs des travailleurs de Pequiven dans une activité extraordinaire pour tout ce qu’ils ont fait dans le modèle de gestion, et qu’avec les entreprises de Guyane, ils constituent la meilleure expression du modèle. de gestion des conseils productifs d’ouvriers », a souligné Rivero.

Le chef du ministère du Travail a souligné que l’activité a également permis de poursuivre le débat au niveau national et «qu’elle servira à développer des propositions concrètes sur l’entrepreneuriat, dans la lutte contre l’inflation et la protection des salaires, la pétrolisation des prestations sociales et comment les caisses d’épargne sont servies de la même manière ».

Il a dit que la question des retraites sociales est également discutée, des idées qui permettront d’élaborer une proposition pour améliorer le pouvoir d’achat de ce secteur de la population.

Il a précisé qu’ils analysent également ce qu’il a à voir avec le nouveau modèle de contrat collectif contre l’économique, contre le blocus et la pandémie.

La formation technopolitique faisait également partie de la plénière qui a été développée pour analyser les alliances nécessaires qui doivent être développées avec les universités.

Il a expliqué que c’est l’une des propositions présentées au président « pour avancer dans la systématisation des processus des nouveaux modes de production des travailleurs en allongeant la durée de vie utile des équipements, en améliorant et en remplaçant les matières premières, bref, en avançant dans la lutter contre le blocus et garantir la souveraineté technologique ».

Vous pourriez également aimer...