La Colombie

Le défi de l’économie

13 janvier 2021 – 23h55
Pour:

Éditorial.

Parallèlement à la politique budgétaire dirigée par le gouvernement national et qui définit les dépenses publiques, la politique monétaire en charge du Banco de la República est l’autre pilier sur lequel reposent la gestion, la tranquillité et la crédibilité de l’économie colombienne. Bien qu’il y ait eu un changement de direction de la banque émettrice, responsable de cette dernière, la confiance semble être une constante nécessaire pour surmonter les temps difficiles que traversent notre économie et le reste du monde en raison de la pandémie.

L’apparition soudaine du Covid-19 et les mesures d’isolement social qui en ont résulté ont provoqué de graves traumatismes en termes de chômage, de réduction du produit intérieur brut et de conséquences sociales dangereuses. C’est un ralentissement aux proportions inimaginables qui a contraint le gouvernement à prendre des mesures en termes de subventions, de soutien aux entreprises et d’investissements pour tenter de contenir les dégâts et récupérer le terrain perdu.

D’autre part, la banque émettrice en tant que responsable de la politique monétaire a pris des décisions d’une grande importance et une opportunité de donner des liquidités à l’économie, tout en garantissant une gestion ferme et indépendante, les bases sur lesquelles la décision a été prise de lui donner une autonomie dans la Constitution de 1991. Le moment est venu d’utiliser les économies pour soutenir l’effort colossal impliqué dans la récupération du produit intérieur brut, qui avant la pandémie atteignait une croissance de 4% au premier trimestre de 2020, et en juin il y a eu une chute spectaculaire de la 15,7%.

Ce travail fait en lui-même l’objet d’une controverse constante parmi les économistes et surtout parmi les membres de la classe politique. À l’heure actuelle, on se demande si, en plus de l’augmentation des dépenses publiques, la Banque devrait faire un effort plus important, comparable à ce que d’autres pays ont fait. La vérité est que l’économie et l’emploi ont connu une belle reprise au cours des quatre derniers mois de l’année dernière, exprimée par la réduction de la baisse du PIB à un chiffre proche de 7% et la reprise de l’emploi à des niveaux proches de ceux du début. l’année dernière.

Mais la tâche n’est pas terminée et la menace COVID est toujours vivante, obligeant à prendre des décisions et des mesures pour aider à contrôler ses ravages, tandis que l’activité économique exige plus de soutien. Et au milieu de ce défi monumental, la Banque a enregistré le départ à la retraite de son dirigeant, même s’il faut reconnaître que le Conseil d’administration de l’Émetteur a pris la décision rapide et correcte qui s’imposait pour éviter les bruits inutiles.

L’arrivée du Dr Leonardo Villar le 2 janvier semble être une sage décision pour le moment que vit la Colombie. Sa longue et fructueuse carrière, ainsi que le soutien et la confiance qu’elle suscite dans les organisations nationales et internationales, ainsi que dans les milieux universitaires et politiques, indiquent que la décision appropriée a été prise pour poursuivre la tâche difficile et complexe qui Cela signifie soutenir l’État et l’initiative privée dans l’obligation de surmonter ce qui est sans aucun doute la crise la plus profonde et la plus dangereuse des cent dernières années pour notre pays.

Vous pourriez également aimer...