Le Brésil

Le groupe créé par le gouvernement rejette la faute sur le travailleur et veut étendre la flexibilité, critique Dieese

São Paulo – Alors qu’un débat sur la « réforme » du travail de 2017 et ses descendants dans le gouvernement actuel se prépare, un groupe d’étude a présenté un rapport dans lequel il propose d’approfondir la flexibilité de la loi, essentiellement avec les mêmes arguments. « Le rapport accuse le travailleur et la législation des problèmes du marché du travail, tels que la rotation et l’informalité », critique Dieese, qui a préparé une note technique sur les conclusions du groupe d’études supérieures sur le travail (Gaet), créé par le Exécutif en 2019.

Par ailleurs, le groupe « parle du travail par application comme d’avenir et défend que les relations entre les travailleurs et les entreprises dans cet environnement ne sont pas réglementées par le droit du travail ». Les entreprises du secteur se présentent comme de simples intermédiaires, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de relation de travail.

Le Dieese réfute. « En fait, ils opposent leur veto à l’entrée des personnes, imposent des sanctions, définissent le temps de travail minimum à l’aide de l’application, définissent comment les procédures de travail doivent être effectuées, créent des règles qui incitent les travailleurs à rester connectés, établissent des pressions concernant le délai de livraison, appliquent des pénalités pour rejet. tâches, entre autres. Les entreprises propriétaires de l’application peuvent toujours contrôler les revenus du travailleur, en modifiant le montant payé pour les courses, ce qui peut imposer une grande variation de revenu », précise l’institut. « Ce sont eux qui définissent le coût de la course et peuvent le modifier automatiquement », ajoute-t-il.

pouvoir de l’employeur

Le document Gaet, qui réunissait essentiellement les tenants de la flexibilité – les syndicats, par exemple, n’y ont pas participé – apporte également des suggestions d’évolution de la FGTS et de l’assurance-chômage. « Ce que l’on voit, c’est que la proposition se concentre uniquement sur les incitations pour le travailleur et ne traite à aucun moment avec l’employeur », observe Dieese.

« Il n’est pas question, par exemple, de restreindre le pouvoir des employeurs de licencier individuellement ou collectivement. Même parce que les auteurs ne sont pas enclins à soutenir les interventions de l’État dans le fonctionnement du marché qui, selon eux, devrait être libre au maximum d’opérer l’allocation des ressources. Cependant, même dans cette perspective, ils n’envisagent pas la possibilité de grever l’employeur qui utilise le licenciement comme mécanisme de gestion des ressources humaines, par exemple, par une taxation proportionnelle au chiffre d’affaires de l’établissement, malgré
reconnaître qu’une partie de l’informalité et du chiffre d’affaires découle d’un comportement abusif », soutient également l’institut.

Alors que le gouvernement et les entreprises défendent essentiellement l’intensification de la flexibilité, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT), candidat possible cette année, a lancé un débat sur un nouveau modèle de législation du travail et des syndicats. Hier, par exemple, il a promu une rencontre virtuelle avec des représentants du gouvernement espagnol et des dirigeants des centrales brésiliennes. Les détracteurs de la loi 13 467, de 2017, rappellent que les changements dans la législation, contrairement à ce qui a été dit, n’ont pas apporté de « sécurité juridique » ni créé les emplois promis.

Voir la note technique complète ici.

Vous pourriez également aimer...