Le Venezuela

Le groupe Puebla jette les bases d’un manifeste progressiste

Avec un appel fort à reconstruire l’unité en Amérique latine, les membres du Groupe Puebla ont aujourd’hui jeté les bases d’un Manifeste Progressiste basé sur un modèle de solidarité, loin du néolibéralisme.

Un débat approfondi a pratiquement marqué la V Réunion de l’alliance pendant deux heures, avec les paroles du président argentin, Alberto Fernández, l’un de ses promoteurs en 2019, et d’autres personnalités politiques telles que les anciens présidents Dilma Rousseff et Luis Inacio Lula da Silva ( Brésil), l’Équatorien Rafael Correa et le Colombien Ernesto Samper.

Membre très actif du Groupe, Samper a été chargé de donner les conclusions des participants sur le Manifeste, une proposition en construction dans laquelle on cherche à travers le progressisme pour consolider l’Amérique latine comme zone de paix et mettre fin aux inégalités de la réactivation de solidarité de l’économie, entre autres.

Compte tenu de la nécessité de renforcer l’intégration, les interventions étaient diverses mais coïncidaient toutes sur des questions urgentes telles que la préoccupation concernant l’accès pour tous aux vaccins contre Covid-19.

Le document est proposé comme une initiative pour tenter de commencer à chercher des dénominateurs communs au sein du progressisme, se référant au renforcement de l’État, au contrôle du marché, à l’organisation de la société civile, a expliqué Samper en donnant les conclusions du Manifeste. .

De même, il a mis l’accent sur les propositions de divers participants sur le rôle de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, la fracture numérique, la nécessité de s’unir et de renforcer l’intégration, ainsi que de ne pas laisser de côté les pays frères comme Cuba et le Venezuela.

Précisément, Lula, vêtu d’une guayabera rouge apportée de son récent voyage à La Havane, a remercié les frères cubains pour le traitement médical qu’il y a reçu pour se remettre de Covid-19 et a insisté pour soutenir l’île et le Venezuela.

La question des coups doux ou la question de savoir qui paiera la facture sociale de la pandémie, dénoncée par l’ancien président Correa, marquent l’axe du document dans lequel des personnalités progressistes expriment également leur inquiétude face à l’absence de mécanismes généreux de coopération internationale pour l’accès aux vaccins.

Après un appel à mettre en action et à mettre en pratique les préoccupations de la région, les membres de l’alliance se sont également mis d’accord sur le souci du rôle dans leur présentation internationale du Groupe Puebla, composé de personnalités de 17 pays.

À cet égard, Samper a proposé de créer un comité consultatif sur la politique internationale au sein de ce mécanisme progressiste, dans lequel sont présents d’anciens ministres des Affaires étrangères.

À la fin de la journée, l’ancien candidat à la présidentielle chilienne Marco Enriquez-Ominami, fondateur du Groupe, a déclaré que le Manifeste est un déclencheur et constitue désormais une voie participative pour faire avancer le progressisme de l’action.

Presse latine

Vous pourriez également aimer...