Le meurtre du maire de Manta a été ordonné depuis une prison

Le meurtre d’Agustín Intriago, ancien maire de la ville de Manta, aurait été coordonné depuis une prison de la ville côtière de Guayaquil, a rapporté aujourd’hui la police nationale équatorienne.

Lors d’une conférence de presse ce vendredi pour faire connaître l’état d’avancement des enquêtes et des opérations liées au crime, le ministre de l’Intérieur, Juan Zapata, a expliqué que trois auteurs présumés du meurtre d’Intriago ont été arrêtés ce matin.

Selon l’enquête policière, ces trois personnes se trouvaient sur les lieux du crime avant, pendant et après les faits. Il s’agit d’un homme et d’une femme équatoriens, ainsi que d’un citoyen de la République dominicaine, a déclaré Zapata.

À ces personnes – a-t-il précisé – s’ajoute un autre sujet, un détenu d’une prison de Guayaquil, et qui a également été lié à l’affaire, puisqu’il a maintenu des communications avec les personnes récemment arrêtées via un téléphone portable du pénitencier, a-t-il soutenu.

Pour sa part, le commandant général de la police, Fausto Salinas, a expliqué que cinq raids ont été effectués dans les villes de Jaramijó, Manta et Montecristi, dans la province de Manabí, ainsi qu’à Naranjal et Guayaquil, dans le Guayas.

Dans ces opérations, huit gilets pare-balles, un fusil, deux grenades, 100 cartouches de différents calibres, deux mangeoires, un pistolet, plusieurs téléphones portables, des radios de communication, trois cartes mémoire et cinq véhicules ont été retrouvés, a expliqué l’officier.

Salinas a souligné que, dans les prochaines heures, l’audience pour formuler des accusations contre les personnes impliquées se tiendra dans la ville de Manta et les enquêtes se poursuivront pour rechercher les cerveaux du meurtre.

Intriago a été abattu dans l’après-midi du 23 juillet alors qu’il participait à la livraison de travaux dans un quartier de cette ville de Manabita.