Le Venezuela

Le Mexique inaugure la raffinerie de Dos Bocas, la première en plus de 40 ans

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a dirigé ce vendredi l’inauguration de la raffinerie Olmeca dans le port de Dos Bocas, dans l’État de Tabasco, la première à être construite après 40 ans dans le pays.

La raffinerie, qui sera achevée l’année prochaine, permettra de traiter « toute notre matière première pour produire de l’essence et du diesel », selon le président, dans une note de RT.

D’ici 2023, selon les estimations de l’administration AMLO, la raffinerie pourrait avoir la capacité de traiter jusqu’à 340 000 barils de pétrole brut par jour.

Dos Bocas est un terminal maritime qui reçoit actuellement plus d’un million de barils de pétrole brut par jour des puits peu profonds et terrestres de Tabasco et Campeche, faisant de la raffinerie un point stratégique pour le Mexique.

« Cela signifie créer des emplois et être indépendant d’une crise énergétique comme celle que nous traversons actuellement », a-t-il ajouté.

La dernière raffinerie construite au Mexique a été celle de Salina Cruz, dans l’État d’Oaxaca, qui a commencé à fonctionner en 1979, sous le gouvernement de José López Portillo.

Au milieu de quelques retards dans les travaux, le président a annoncé que ce vendredi commenceraient les « pratiques de l’opération », c’est-à-dire une phase préalable aux essais et au démarrage ultérieur.

AMLO a indiqué que l’objectif est de produire « l’essence que le pays consomme » et d’arrêter d’en importer.

Pour cette raison, l’objectif de moderniser les sept raffineries existantes a été fixé, dont celle que Petróleos Mexicanos (Pemex) a achetée à Shell et qui opère à Deer Park, à Houston, au Texas.

Si les huit raffineries sont prises en compte, le pays produirait quelque 1 880 000 barils d’essence, de diesel et de carburéacteur par jour, ce qui « équivaut à garantir notre consommation interne », selon les calculs de López Obrador.

Jusqu’en décembre dernier, le secrétaire à l’Énergie (Sener) soulignait que les travaux avaient un avancement physique de 69,2% dans l’installation des 17 usines de traitement, 57 réservoirs, 34 sphères de stockage, une salle de contrôle et d’autres bâtiments administratifs et de services qui composent le complexe.

L’Institut mexicain pour la compétitivité (IMCO), un centre de recherche sur les politiques publiques, a critiqué le fait que la mauvaise planification de la nouvelle raffinerie a entraîné des dépassements de coûts compris entre 38 % et 50 % de plus que le budget initial, qui était de 160 000 millions de pesos (environ 8 milliards de dollars).

Vous pourriez également aimer...