Le Venezuela

Le militantisme du Psuv va installer des débats territoriaux dans l’Etat de Sucre

Le militantisme du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) dans l’État de Sucre, s’est déployé dans les municipalités de Benítez (El Pilar), Andrés Eloy Blanco (Casanay) et Bermúdez (Carúpano), dans le but d’identifier les problèmes dans le les communautés et, à leur tour, le temps, élaborent un programme d’action spécifique qui garantit sa solution.

Avec une concentration à El Pilar, l’agent de liaison avec l’État de cette organisation politique, Jesús Faría, accompagné du gouverneur de l’entité, Gilberto Pinto, a commencé ce déploiement qui sera étendu aux 12 municipalités restantes de l’État, dans le but de mettre en place des débats territorial.

« Allons de maison en maison. Dessinons une feuille de route et avançons ensemble pour nous remettre de nos problèmes de services publics et sociaux. Trouvons une solution ensemble comme un seul gouvernement. Comme une contre-offensive de la Révolution pour consolider le socialisme.

Pour sa part, le gouverneur Gilberto Pinto s’est exclamé que Sucre « a été l’avant-garde de la Révolution ». Dans le même temps, il a exhorté le militantisme à travailler sans relâche pour garantir la victoire du président Nicolás Maduro dans les prochains processus électoraux.

La loi ZEE favorisera le développement des forces productives de la nation

À cet égard, Jesús Faría a souligné que la loi sur les zones économiques spéciales (ZEE) promulguée par le président Nicolás Maduro favorisera le développement des forces productives du pays, tout en renforçant la souveraineté et la stabilité économique.

Le député également de l’Assemblée nationale (AN), a expliqué qu’après un large débat avec tous les secteurs de la société vénézuélienne, l’approbation de cet important instrument juridique qui favorisera les exportations et attirera le développement économique du pays a été obtenue.

« Nous avons une loi qui se transforme maintenant en une stratégie pour attirer les investissements de développement, les investissements productifs, pour substituer les importations et générer des filières ; c’est-à-dire promouvoir le développement des forces productives de notre nation », a affirmé Faría.

Dans ce contexte, il a souligné qu’avec les zones économiques spéciales annoncées par le chef de l’État vénézuélien, le bien-être sera assuré à la société en améliorant sa qualité de vie et en développant un état de justice sociale pour la population, générant des sources d’emploi à travers les projets partenaires productifs qui seront promus sur le territoire.

« Les ZES deviennent un pôle important pour le développement économique, social, écologique, politique et spirituel intégral de notre peuple. Cette loi jouera un rôle fondamental. Cela nous donnera l’opportunité d’avoir une économie indépendante du pétrole, qui ne soit pas rentière, et surtout, cela générera des espaces de travail pour la communauté », a-t-il souligné.

De la même manière, il a célébré la rencontre entre le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Carlos Faría, et son homologue colombien Álvaro Leyva, jeudi dernier, 28 juillet, où ils ont annoncé le rétablissement des relations diplomatiques à partir du 7 août, lorsque le président élu de la République de Colombie, Gustavo Petro, assume la présidence de ce pays.

« Nous aspirons à ce que ces changements annoncés par le président Petro puissent être développés. Mais surtout, nous saluons ce qui s’est passé lors de la réunion de nos ministres des affaires étrangères, qui pointe vers des décisions très importantes dès le 7 août, où va commencer un processus de normalisation de nos relations », a-t-il dit.

À cet égard, il a affirmé que pendant de nombreuses années, la Colombie a servi de « fer de lance pour attaquer et attaquer le peuple vénézuélien ». Cependant, il a réitéré que grâce à la force et à l’intégration des Forces armées nationales bolivariennes (FANB), du Psuv et du pouvoir populaire organisé, la souveraineté et la stabilité du pays ont été défendues contre les attaques promues par les États-Unis.

« Nous avons montré notre grande force. Nous sommes un grand muscle de la révolution bolivarienne. Nous avons réussi à consolider une force sociale à la tête de laquelle se trouve le Parti socialiste uni du Venezuela et qui rassemble des millions de compatriotes », a ratifié Faria.

Faría a également ajouté que le Congrès de l’ère nouvelle garantira le renouvellement des structures de base et le renforcement des mouvements sociaux afin de défendre l’économie et la souveraineté du Venezuela à travers la formation du grand mouvement anti-blocus.

Vous pourriez également aimer...