Le ministère public de la TCU veut que Bolsonaro rende tous les cadeaux

São Paulo – Le ministère public qui travaille avec la Cour fédérale des comptes (MPTCU) a demandé au tribunal d’ordonner la restitution de tous les cadeaux reçus par Jair Bolsonaro (PL), alors qu’il était président de la République. Auteur de la demande, l’avocat Lucas Furtado a demandé la restitution des éléments suivants :

  • Miniature d’un ancien casque de samouraï, d’une valeur de 20 000 R$. Présenté par le Premier ministre japonais de l’époque, Shinzo Abe, lors de la cérémonie d’investiture du président Bolsonaro de l’époque ;
  • Peinture avec une figure de Jérusalem avec le Temple de Salomon. L’œuvre, d’une valeur de 5 000 R$, a été offerte par le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, lors du voyage de Bolsonaro à Jérusalem, le 31 mars 2019 ;
  • Vase en argent 925, d’une valeur de 16 400 R$, offert par le président du Pérou de l’époque, Martin Vizcarra Cornejo, lors de la cérémonie d’inauguration le 1er janvier 2019 ;
  • Pot en métal argenté poli, d’une valeur de 13 300 R$, cadeau de Shinzo Abe lors de la cérémonie proclamant l’intronisation de l’empereur du Japon, le 22 octobre 2019 ;
  • Maquette du temple Taj Mahal, en marbre blanc, d’une valeur de 59 400 R$. Cadeau du président indien, Ram Nath Kovind, lors du voyage officiel de Bolsonaro à New Delhi, en janvier 2020.

Dans la demande, l’avocat Furtado mentionne la détermination du TCU elle-même selon laquelle tous les cadeaux reçus par les présidents doivent être incorporés dans la collection de l’Union, à l’exception des objets personnels, comme les vêtements, les parfums et la nourriture.

« La jurisprudence de ce tribunal, en ce qui concerne les cadeaux reçus par les présidents de la République, est que tous les documents bibliographiques et muséologiques reçus, ainsi que tous les cadeaux reçus, doivent être incorporés au patrimoine de l’Union », a déclaré le procureur, qui a demandé un inventaire de tous les cadeaux reçus par le président Bolsonaro de l’époque.

L’ancien président est la cible d’un scandale qui a débuté avec la révélation de la saisie de kits de bijoux saoudiens entrés dans le pays sans avoir été déclarés. En outre, les enquêtes indiquent que des proches du président vendaient ces cadeaux à l’étranger et les recevaient en espèces.

A lire aussi :

Mauro Cid était conscient que les bijoux étaient des « biens d’intérêt public », selon une chronique