Le Venezuela

Le monde se prépare pour un triste Noël sous de lourdes restrictions

Les vacances de Noël seront cette année pour beaucoup l'une des plus tristes, avec des millions de personnes contraintes d'annuler leurs plans ou de limiter les célébrations ce jeudi, en raison des restrictions imposées dans de nombreux pays pour lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus, rapporte l'AFP.

Le coronavirus a tué plus de 1,7 million de personnes dans le monde et les sources de contagion qui continuent d'émerger rappellent que, malgré l'arrivée des premiers vaccins, la vie ne reviendra pas si vite à la normale.

Sous un ciel gris et pluvieux, une petite foule a assisté à la traditionnelle procession de Noël dans les rues de Bethléem, qui attire normalement des milliers de pèlerins.

Une centaine de personnes, masquées et parapluies, ont regardé le défilé, où les drapeaux palestiniens et du Vatican flottaient au rythme des tambours et des cornemuses.

«Malgré la peur et la frustration, nous surmonterons cette épreuve car Jésus est né à Bethléem», a déclaré le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa.

"Cette année est différente car nous ne venons pas prier dans l'église de la Nativité, nous ne pouvons pas nous réunir en famille, tout le monde a peur", confesse Jani Shaheen, qui assiste à un défilé avec son mari et ses deux enfants, sur la place de la Mangeoire, en face de la basilique construite où serait né Jésus-Christ.

En raison de la pandémie, dans la nuit du 24 décembre il n'y aura pas de messe avec un public, ni de cortège de dirigeants palestiniens, mais un service avec la seule présence du clergé et qui sera télévisé.

Il père Francisco Il a annoncé jeudi qu'il se rendrait au Liban "dès que possible" dans une lettre aux Libanais de toutes confessions pour Noël.

"Chers fils et filles du Liban, ma douleur est très grande quand je vois la souffrance et l'angoisse qui étouffe l'esprit d'entreprise et le dynamisme du Pays du Cèdre", a écrit le père.

"Triste année"

L'Australie, qui a été citée à plusieurs reprises comme un exemple de bonne gestion de la santé cette année, fait actuellement face à un pic de cas dans le nord de Sydney, une ville dont les habitants ne pourront inviter que dix adultes chez eux et seulement cinq si ils vivent dans «l'épicentre» de la source de contagion.

Jimmy Arslan, qui possède deux cafés dans les quartiers les plus touchés, a enregistré une baisse de 75% de son volume d'affaires. Et il ne pourra pas compter sur la présence de sa famille, puisqu'ils vivent à Canberra et ne peuvent pas voyager pour Noël.

«C'est déchirant», avoue-t-il. «C'est une triste fin à une triste année», ajoute-t-il.

«Nous devrions saluer 2021 et donner un coup de pied à 2020», plaisante cette jeune femme de 46 ans.

Aux Philippines, certains ont choisi de passer les vacances seuls en raison du risque de contracter le virus dans les transports en commun.

«Je vais commander de la nourriture, retourner regarder de vieux films et passer un appel vidéo avec ma famille», déclare Kim Patria, 31 ans, qui vit seule à Manille.

La République du Congo-Brazzaville a annoncé une reconfiguration pour Noël et le 1er janvier, suscitant la colère des évêques.

La majeure partie de l'Europe est également confrontée à l'un des hivers les plus tristes, avec une résurgence épidémique dans plusieurs pays.

L'Allemagne a dû annuler ses célèbres marchés de Noël et il père Francisco a décidé d'avancer la messe de minuit au Vatican de deux heures, pour se conformer aux restrictions en Italie.

En revanche, dans le nord-est de la Syrie sous contrôle kurde, les habitants ont ignoré la pandémie et ont assisté à une cérémonie d'allumage d'un sapin dans un quartier chrétien, sous l'œil vigilant des forces de sécurité.

Noël à Douvres

Des milliers de chauffeurs routiers européens s'apprêtaient à passer le réveillon de Noël dans des conditions difficiles, bloqués autour du port de Douvres, au Royaume-Uni, qui sort lentement de l'isolement qui a provoqué l'apparition sur son territoire d'une nouvelle souche du coronavirus.

"Tout le monde nous dit de venir ici et d'attendre, mais nous ne voulons pas attendre!", A déploré mercredi un chauffeur polonais, Ezdrasz Szwaja, à l'ancien aéroport de Manston, où le gouvernement britannique testera des milliers de personnes pour le COVID-19. des camionneurs.

"Ils disent qu'il y aura un test de covid pour nous", mais "il n'y a rien", "nous n'avons aucune information, rien", a-t-il ajouté, visiblement excité. "J'ai deux enfants, une femme, je veux juste y aller", a-t-il assuré en Pologne.

Les célébrations du Nouvel An ne seront pas non plus aussi brillantes que d'habitude.

Face au rebond de la pandémie au Brésil (deuxième pays le plus en deuil au monde avec près de 190000 morts, derrière les États-Unis), le maire de Rio de Janeiro interdira dans la nuit du 31 décembre l'accès au quartier de la célèbre plage de Copacabana, pour éviter les foules le dernier soir de l'année.

Habituellement, des millions de personnes se rassemblent sur cette plage pour admirer le feu d'artifice de la traditionnelle fête du Nouvel An, dont l'annulation a été annoncée en juillet.

Pour l'instant, Sydney prévoit toujours d'accueillir 2021 avec son célèbre feu d'artifice. Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a promis que l'émission de sept minutes aurait lieu "quoi qu'il arrive".

Vous pourriez également aimer...