Le néolibéralisme, base de l’émergence du néofascisme – Jornal da USP

Par Dennis de Oliveira, professeur à l’École des communications et des arts (ECA) de l’USP

Les mots liberté et démocratie n’ont jamais été aussi banalisés que ces derniers temps. Le plus gros problème est qu’ils ne délimitent pas le champ entre ceux qui sont pour ou contre la démocratie et la liberté pour tous. Ils ont été banalisés parce qu’ils sont dans la bouche des fascistes et des démocrates, faisant couler leurs sens de telle sorte qu’ils n’ont plus de force. Il semble que le sens qui sera valable sera celui qui sera prononcé le plus de fois et avec le plus de répercussion.

Le 5 septembre, le ministre du Tribunal fédéral (STF), Edson Facchin, a accordé trois injonctions qui suspendent des parties des décrets du président de la République assouplissant les autorisations d’achat d’armes à feu et de munitions. L’allégation du ministre était que l’intensification de la campagne électorale en cours rend urgente la prise de cette décision.

De toute évidence, cette décision a déplu au camp politique de l’extrême droite, qui défend la « liberté » du citoyen de posséder des armes à feu. Le vice-président de la République, le général Hamilton Mourão, déclaré sur son Twitter que « … le pouvoir judiciaire extrapole ses attributions, faisant une ingérence indue. Les injonctions d’aujourd’hui interfèrent avec des décisions déjà approuvées par les autres puissances, dans les droits de légitime défense et des CAC. Liberté il n’y a pas de négociation et de telles absurdités ne peuvent pas continuer » (nous soulignons).

Dans le même ordre d’idées, d’autres défenseurs de la libéralisation de l’utilisation des armes, comme le capitaine adjoint Augusto, chef de la soi-disant Bancada da Bala, parlent d’ingérence indue du pouvoir judiciaire dans la décision du pouvoir exécutif. Ce raisonnement est présent dans plusieurs manifestations convoquées par des groupes d’extrême droite affirmant que le pouvoir judiciaire empêche le président de gouverner. Et la nécessité d’avoir plus de ministres à la Cour suprême qui soient en accord avec les idées du chef de l’exécutif. Au diable la séparation des pouvoirs de Montesquieu.

Néolibéralisme et fascisme

Au travail La nouvelle raison du monde, Christian Laval et Pierre Dardot présentent l’idée instigatrice que le néolibéralisme n’est pas seulement un paradigme économique, mais une nouvelle raison gouvernementale, un concept développé par Foucault qui se définit par la rencontre d’un modèle de sociabilité avec une rationalité gouvernementale. Le modèle de sociabilité néolibéral peut se résumer à l’introjection de la logique d’entreprise dans les sujets – ils agissent comme des individus autonomes qui se font concurrence à tous les niveaux des relations sociales – politique, économique, culturel, entre autres. La rationalité gouvernementale qui répond à ce modèle de sociabilité est précisément de garantir la « libération » de ces attitudes (devenues synonymes de liberté), y compris en permettant que toutes les ressources, qu’il s’agisse d’utiliser des armes à feu ou de diffuser de fausses nouvelles, puissent être utilisées. Toute réglementation qui implique de limiter les comportements individuels est qualifiée d’autoritaire et contre les « libertés ».

Ce n’est pas le produit d’une « dégradation morale », mais du cours même du capitalisme. Le néolibéralisme est une rationalité gouvernementale qui permet le plein développement du modèle d’accumulation et de reproduction du capital dans cette phase actuelle appelée « accumulation flexible ». L’organisation de la production capitaliste en centres de gestion de niches productives réparties sur la planète impose une convergence normative des relations de travail et des flux de capitaux en fonction des exigences des commandements de ces centres. À son tour, tout le processus de réalisation globale de cette accumulation se déroule à travers des réseaux télématiques également contrôlés par des centres corporatifs, qui imposent une logique esthético-politique dans laquelle la concurrence des images individuelles est le centre.

Ce qui est intéressant dans ces réflexions, c’est que ces glissements conceptuels de ce que la liberté et la démocratie parlent directement au fascisme ne sont pas pour rien, mais une conséquence d’un modèle de sociabilité imposé par le schéma d’accumulation des richesses. On peut parler de l’émergence d’une culture néo-fasciste qui transcende le contentieux électoral lui-même et entre dans les relations quotidiennes – en août, un homme d’affaires a agressé des femmes dans une salle de sport du Shopping Iguatemi et a quitté le Brésil le 4 septembre pour une destination inconnue, avant de subir tout action des autorités; en septembre, un gérant d’une copropriété à Barra da Tijuca, Rio de Janeiro, a été agressé physiquement par un résident parce que le gymnase était fermé pour des travaux d’entretien ; et en juillet, lors de sa fête d’anniversaire à Foz do Iguaçu, Marcelo Arruda a été assassiné par un policier en raison de divergences partisanes.

Le sens de la « liberté » à l’extrême est la « loi de la jungle ». C’est utiliser toutes les ressources pour faire prévaloir vos intérêts. La culture néo-fasciste qui se consolide est l’exacerbation du climat concurrentiel du néolibéralisme. Pour cette raison, affronter le fascisme, c’est avant tout mettre fin à sa base économique, le néolibéralisme.

★★★★★