Le Brésil

Le pasteur André Mendonça prend possession de la chaise de Marco Aurélio Mello à la STF

São Paulo – Dans une cérémonie protocolaire et sans discours, comme à son habitude, André Mendonça a pris ses fonctions à la Cour suprême, ce jeudi (16). Pasteur presbytérien, le magistrat a été approuvé par le Sénat par 47 voix contre 32 le 1er décembre. Il occupe le poste laissé vacant par Marco Aurélio Mello, qui a pris sa retraite en juillet. Les chefs des autres pouvoirs étaient présents à la cérémonie : les présidents du Sénat, Rodrigo Pacheco (PSD-MG), et de la Chambre, Arthur Lira (PP-AL), ainsi que Bolsonaro lui-même, qui devait présenter un RT test au STF -Cr négatif pour Covid-19 pour entrer dans l’événement car il refuse de se faire vacciner.

Evangelical Mendonça est le deuxième ministre nommé par Jair Bolsonaro à l’un des 11 sièges de la Cour. Le premier, Kassio Nunes Marques – considéré comme techniquement faible – a pris ses fonctions en novembre. Jusqu’ici, il recueille les décisions favorables au président et aussi au parrain.

Parmi les actions qui montreront bientôt si André Mendonça sera guidé par la Bible ou la Constitution, figure le jugement sur le droit des travestis et des transsexuels de choisir où ils purgeront leur peine, que ce soit dans une prison pour hommes ou pour femmes. Le jugement est de 5 à 5 et ce sera au ministre évangélique de rompre l’égalité. Lors de l’audience du Sénat, demandé comment il s’en tirerait dans les jugements, il a déclaré : « Dans la vie, la Bible ; dans le Suprême, la Constitution.

Le nouveau magistrat – ancien ministre de la Justice et ancien procureur général fédéral – fera rapport d’un appel de Patriota sur l’emprisonnement après condamnation en deuxième instance, déjà décidé par le STF en novembre 2019, lorsque le tribunal a confirmé ce que prévoit la Constitution et a opposé son veto à la possibilité, en 6 à 5. La décision a conduit à la libération de l’ancien président Lula. Mendonça sera également le rapporteur du processus qui examine si Bolsonaro peut ou non bloquer les abonnés sur ses réseaux sociaux.

Etat laïque ?

Le nouvel André Mendonça contraste – et beaucoup – avec Marco Aurélio. Considéré comme un garant, Mello était l’un des principaux porte-parole de l’État dit laïc à la Cour. Emblématique de cette caractéristique fut, par exemple, son rapport et son vote en faveur de l’interruption de grossesse en cas de fœtus anencéphalique, dans l’Allégation de Non-respect du Précepte Fondamental (ADPF) 54.

Lors du procès en 2012, le ministre a rejeté l’argument selon lequel autoriser l’avortement de fœtus décérébrés serait en conflit entre les droits fondamentaux des femmes et le droit suprême à la vie. « Il n’est pas possible d’invoquer le droit à la vie des personnes anencéphales. Anencéphalie et vie sont des termes antithétiques », a déclaré le ministre de l’époque. « À proprement parler, contrairement aux droits des femmes, il n’y a pas de droit à la vie ou à la dignité humaine pour ceux qui doivent venir, précisément parce qu’il n’y a personne à venir, il n’y a pas de viabilité de la vie », a-t-il poursuivi.

Damous : si les évangéliques eux-mêmes admettent que Mendonça a menti, tout ce qu’il a dit est suspect

prison de deuxième instance

Marco Aurélio Mello a également été rapporteur des Actions déclaratoires de constitutionnalité (ADC) 43, 44 et 54, sur l’arrestation en deuxième instance, jugées en 2019. Affirmant qu' »il est impossible de rendre la liberté perdue au citoyen », il a voté contre cette arrestation. Lors de l’audition au Sénat, Mendonça a déclaré que tout changement dans cette compréhension appartiendrait au Parlement.

Dans un autre jugement qui envisageait les principes de l’État laïc, dans l’Action directe d’inconstitutionnalité (ADI) 4275, le ministre, qui a atteint la position indiquée par Fernando Collor, a voté pour autoriser la modification de l’état civil des personnes transgenres sans effectuer une intervention chirurgicale procédure de changement de sexe. Son vote, en tant que rapporteur, était également accompagné de la majorité gagnante.

L’année dernière, le ministre, désormais remplacé par le membre de Pocket Mendonça, a signalé la question importante de la lutte contre la pandémie de covid-19, dans l’ADI 6341, dans laquelle la plénière a déterminé que les États, le district fédéral, les municipalités et l’Union sont compétents et ont autonomie pour adopter des mesures de lutte contre la maladie. La décision est toujours attaquée par Jair Bolsonaro, qui accuse le STF de ne pas lui permettre d’agir dans le cadre de la pandémie, ce qui est un faux argument.

Vous pourriez également aimer...