Le Brésil

Le Père Júlio Lancellotti et l’Instituto Geledés reçoivent le Prix des droits de l’homme de l’USP 2020 – Jornal da USP

Le vice-recteur de l’USP, Antonio Carlos Hernandes (à gauche) et le recteur Vahan Agopyan ont remis symboliquement les diplômes à la présidente de l’Institut Geledés, Maria Sylvia Aparecida de Oliveira, et au père Júlio Lancellotti (sous les projecteurs) – Photo: Cecília Images Bastos / USP

Le Père Júlio Lancellotti et Geledés – Instituto da Mulher Negra ont été les lauréats du Prix USP des Droits de l’Homme 2020. La cérémonie virtuelle de remise des prix a eu lieu le 21 décembre.

Le Prix des droits de l’homme de l’USP, qui en est à sa 17e édition, a été créé par la Commission des droits de l’homme de l’Université en 2000, dans le but d’identifier et d’honorer les personnes et les institutions qui, par leurs activités exemplaires, ont contribué de manière significative à la diffusion, diffusion et diffusion des droits de l’homme au Brésil.

Récompensé dans la catégorie individuelle, le Père Júlio Lancellotti est une référence nationale dans la défense des droits de l’homme et se consacre, depuis plus de 30 ans, à aider la population marginalisée. Il a participé à la fondation de la Pastorale da Criança et à la formulation du Statut de l’enfant et de l’adolescent (CEA) et a travaillé étroitement avec les délinquants juvéniles, les prisonniers en liberté assistée, les personnes dans le besoin et les sans-abri, les immigrés sans abri et les réfugiés, en plus les enfants et les adultes atteints du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). En 1991, il fonde la Casa Vida I puis une deuxième unité (Casa Vida II), qui accueille cette population.

Depuis plus de 25 ans, il est vicaire épiscopal de la Pastorale do Povo da Rua et dirige plusieurs projets municipaux, tels que A Gente na Rua, composé d’agents de santé communautaires et d’anciens sans-abri, et il organise des messes mensuelles avec des personnes qui vivent Cracolândia.

Geledés – Instituto da Mulher Negra, lauréat dans la catégorie institutionnelle, est une organisation de la société civile qui défend les femmes et les noirs car elle comprend que ces deux segments sociaux souffrent de désavantages et de discrimination dans l’accès aux opportunités sociales en raison du racisme et du sexisme en vigueur dans la société brésilienne.

Il se positionne également contre toutes les autres formes de discrimination qui limitent la réalisation de la pleine citoyenneté, telles que: la lesbophobie, l’homophobie, les préjugés régionaux, de croyance, d’opinion et de classe sociale. Les domaines prioritaires de l’action politique et sociale des Geledés sont les questions raciales, les questions de genre, les implications de ces questions pour les droits de l’homme, l’éducation, la santé, la communication, le marché du travail, la recherche universitaire et les politiques publiques. .

Sur tous ces sujets, Geledés développe ses propres projets ou en partenariat avec d’autres organisations de défense des droits de citoyenneté, en plus de suivre le débat public sur chacun d’eux au Brésil et dans le monde au Portal Geledés.

Lutte quotidienne

La cérémonie a débuté par un discours du président de la Commission des droits de l’homme, José Gregori. « Ce type d’action [a premiação] fait participer l’USP à quelque chose d’indispensable au XXIe siècle, qui est le souvenir et l’encouragement de certaines questions que la société n’a pas encore prises au sérieux. Ces thèmes doivent être intégrés à nos préoccupations quotidiennes. Ce prix est une exposition d’avant-garde de l’USP et l’Université doit jouer ce rôle », a souligné Gregori.

Ensuite, des présentations et des salutations ont été données aux personnes décernées par les membres de la Commission, Gustavo Gonçalves Ungaro et Eunice Prudente.

«Ce prix touche mon cœur, ma vie, à l’heure de tant de défis, de tant de menaces, de tant de difficultés, comme un geste de solidarité. La solidarité ne peut pas être pandémique, elle doit être endémique, elle doit entrer dans les structures, il ne suffit pas d’avoir des moments de solidarité. La pandémie, comme une baguette magique, n’a pas changé la société. Les gens doivent être changés en fonction de ce que nous vivons. C’est au cours de cette pandémie que le racisme est devenu plus fort, la misogynie, l’homophobie, l’aporophobie sont devenues plus violentes et plus fortes », a déclaré Lancellotti.

Le prêtre a déclaré que «la population de la rue n’a pas besoin d’être protégée, elle doit avoir une autonomie, qu’elle est responsable de la construction. L’USP est un lieu sacré, de science, de connaissance, de recherche. Puisse l’USP aider la population de la rue à faire des propositions, quels chemins à suivre, comment comprendre ce phénomène historique ».

Pour la présidente de l’Institut Geledés, Maria Sylvia Aparecida de Oliveira, «ce prix représente la reconnaissance de l’USP que le racisme et le sexisme sont des catégories structurantes de violation des droits de l’homme au Brésil. Signalisation importante pour la société dans son ensemble et les principales institutions de formation de l’opinion de l’importance de ces questions qui sont ici en question ».

À la fin de la cérémonie, le doyen de l’USP, Vahan Agopyan, a réitéré que le Prix des droits de l’homme de l’USP «reflète nos préoccupations concernant ce qui arrive à la société. L’Université est, en effet, engagée dans ces discussions et est consciente que la lutte pour les droits de l’homme est continue et que nous devons proposer des alternatives pour ce combat, qui est un combat de jour ».

Regardez la cérémonie complète.

.

.

Vous pourriez également aimer...