Le Venezuela

Le président péruvien exclut la démission et proclame son innocence

Le président péruvien, Pedro Castillo, a réitéré ce jeudi qu’il est innocent des accusations pour lesquelles il fait l’objet d’une enquête et a omis toute référence aux pressions pour qu’il démissionne ou pour des élections anticipées.

Dans un message au Congrès pour l’anniversaire de l’Indépendance, il a également demandé au Législatif, à majorité conservatrice, de construire, avec l’Exécutif, un pays meilleur, plus individuel, inclusif et égalitaire.

Le président a déclaré qu’il y a un an, il avait pris ses fonctions au milieu des présages infondés des « secteurs les plus conservateurs qui n’ont jamais voulu de changement ou de justice sociale », a rapporté Prensa Latina.

Il a affirmé que, malgré la pandémie de covid-19 et « le mécontentement de ceux qui croient posséder le pays », le Pérou se dirige vers « un pays meilleur et plus prospère, démocratique, inclusif et solidaire ».

Un pays sans discrimination d’aucune sorte, avec des droits et des chances égaux pour tous, a-t-il ajouté.

Castillo a accusé la majeure partie de la presse d’ignorer les réalisations du gouvernement, de diffamer et de mentir, « nous accusant sans aucune preuve et exigeant, dans une inversion perverse des principes élémentaires du droit, que nous prouvions notre innocence ».

Il a qualifié d’inexplicable la crainte des grandes puissances politiques et économiques traditionnelles face aux changements qui s’imposent parce qu’elles ne peuvent pas permettre des privilèges contraires à la loi.

Il a ajouté que malgré les attaques quotidiennes de l’opposition, « cette année, je ne vais pas tendre l’autre joue ; mais de leur tendre la main pour qu’ils travaillent ensemble pour le bien du peuple », a-t-il déclaré.

« Nous allons continuer à travailler pour que nous vivions tous dans une société plus juste et digne, pour éliminer la pauvreté, la faim et l’injustice », a-t-il souligné, excluant tacitement sa démission.

Elle a reconnu « des erreurs avec certaines désignations, ainsi qu’en donnant confiance à ceux qui en ont profité et se sont moqués d’elle », faisant allusion à son ancien secrétaire Bruno Pacheco, l’ancien ministre des Transports Juan Silva et des proches enquêtés pour corruption.

Pacheco s’est rendu il y a quelques jours au bureau du procureur et, selon la presse, a piégé Castillo, tandis que Silva et son neveu Fray Vásquez sont toujours en fuite.

D’autre part, il a averti « les citoyens qui échappent à la justice de se rendre aux autorités, car le Pérou veut connaître la vérité ».

« Rien de plus opposé et éloigné de mes valeurs, mes principes, ma dignité, ne sont des actes de corruption », a déclaré le président.

Castillo a également indiqué que sa famille est insultée quotidiennement et que la majesté de la présidence est offensée.

« Je me soumets à la justice pour clarifier les crimes qui sont destinés à m’être imputés, dans le respect des garanties d’une procédure régulière et non à la justice médiatique », a-t-il déclaré.

Les insultes et les moqueries ne me feront pas reculer, au contraire, elles renforcent ma conviction de fer que nous nous relèverons de cette crise, a-t-il affirmé.

Le président a également présenté un long rapport sur les réalisations de son administration dans divers domaines.

Vous pourriez également aimer...