Le président Petro a nommé l’ancien magistrat Luis Ernesto Vargas comme nouvel ambassadeur auprès de l’OEA

Au cours de la semaine dernière, le président élu, Gustavo Petro, a déjà révélé et délégué les responsables qui l’accompagneront durant ses 4 années de gouvernement. En ce vendredi après-midi, le président a nommé l’ancien magistrat Luis Ernesto Vargas comme nouvel ambassadeur auprès de l’OEAcomme annoncé dans son compte Twitter:

« Notre ambassadeur auprès de l’OEAsera l’ancien président de la Cour constitutionnelle et ancien magistrat de la Commission interaméricaine des droits de l’homme, Luis Ernesto Vargas.

Dans ce sens, Vargas rejoint la liste des nominations déjà confirmées par le présidentparmi lesquels : Patricia Ariza en tant que ministre de la culture ; José Antonio Ocampo ministre des Finances; Cécilia Lopez Ministre de l’Agriculture ; Suzana Muhammad dirigera le ministère de l’Environnement ; Caroline Liège au Ministère de la Santé ; Álvaro Leyva au ministère des Affaires étrangères; Alexandre Gaviria au ministère de l’Éducation.

Bien que le nouveau chef de l’Etat se déplace avec sa famille en Europe cette semaine, il n’a cessé de communiquer les noms des membres de son cabinet, dont la plupart Ils ont été bien accueillis par la communauté.

Profil et trajectoire de Luis Ernesto Vargas

Docteur en droit et sciences sociales de l’Université Libre de Colombie ; spécialisée en droit de la famille de la même université; et docteur en droit privé, droit des personnes et la famille de l’Université de Saragosse (Espagne).

Il a commencé sa carrière juridique comme Juge municipal promiscuité de Suesca En 1977, il a occupé le poste de Juge civil du circuit de Zipaquirá et 22 civils du circuit de Bogotá. En 1990, il a été nommé magistrat de la Cour supérieure de Bogotá, où il est resté jusqu’à sa suspension par la Cour suprême de justice en 2008, pour la nomination de Magistrat de la Cour Constitutionnelle.

Il a 40 ans de service dans la magistrature Colombien. Il a terminé sa période en tant que magistrat de la Cour constitutionnelle, entre le 1er mars 2009 et le 28 février 2017, pour laquelle il a été élu par le Sénat de la République.

En tant que magistrat de la Cour constitutionnelle, il a présidé la Chambre spéciale de suivi créée pour l’exécution de la peine structurelle T-025 de 2004 au moyen de laquelle, cette société a déclaré un état de choses inconstitutionnel en matière de déplacement forcé.

Il a suivi création et mise en œuvre d’un programme de prévention de l’impact genre à travers la Prévention des Risques Extraordinaires de Genre, dans le cadre du Conflit Armé et du Programme de Prévention des Violences Sexuelles contre les Femmes Déplacées et de Prise en Charge Intégrale de leurs Victimes.

Il a participé à l’examen de la constitutionnalité du projet de loi dans lequel réglementa le plébiscite pour « l’approbation » de l’Accord de paix. Il a été professeur dans diverses universités du pays et est l’auteur de nombreux essais sur le droit procédural.


★★★★★