Le Brésil

Le racisme humilie et tue. Par Maria Victoria Benevides

Joilson de Jesus était un petit garçon, il avait l'air beaucoup plus jeune que ses 15 ans et vivait dans une favela à la périphérie de São Paulo avec sa mère et ses trois jeunes frères. Les femmes de ménage de sa mère gagnaient moins que le salaire minimum et c'était à son fils aîné de l'aider, en vendant des saints autour de la cathédrale. Par une mauvaise journée de décembre 1983, le garçon est toujours impliqué dans la précipitation et, pour un de ces «erreurs» fatales, il est persécuté en tant qu'auteur du vol d'une chaîne. Joilson n'était pas une «erreur» – il avait la peau foncée, «il ne pouvait être que le voleur». Un gentleman blanc en costume l'assomme et commence à sauter par-dessus son dos rabougri jusqu'à ce qu'il soit tué. (L'article sur le racisme a été publié par Geledés.)

Ariovaldo Ramos: Le coup d'État permanent contre l'État de droit a ouvert la porte à la violence

L'autopsie révèle une insuffisance respiratoire aiguë, une luxation traumatique de la colonne vertébrale verticale due à une compression «probable» du cou. Il révèle également que Joílson n'avait pas mangé depuis trois jours. Et cette petite chaîne, soi-disant en or, n'a jamais été retrouvée. Joílson, Negro. …

La Commission Justice et Paix a conduit les plaintes, il y a eu un acte œcuménique dans la cathédrale. Et le tueur? C'était un procureur qui, après des allées et venues judiciaires, toujours soutenu par ses pairs, a fini par être acquitté par la Cour de justice en 1987. Trente-six ans se sont écoulés et je me souviens toujours de Joílson face à des faits qui se répètent, dans une normalité tragique , la violence, l'humiliation et la mort de jeunes noirs et pauvres dans cette ville riche et à travers le pays. Quelle angoisse, rien ne semble avoir changé.

Une partie du paysage?

Margarida Genevois, présidente d'honneur de notre commission Arns, dit avec indignation qu'elle ne se contente pas de voir les manifestations intenses d'Américains révoltés par le meurtre du noir George Floyd, alors qu'ici des violences similaires semblent faire partie du paysage. Ici, dans ce «pays béni par Dieu et beau par nature», la vie des Noirs N'IMPORTE PAS. Deux cas récents, capturés par la presse, sont éloquents.

Rogerio Ferreira da Silva, au volant de la moto d'un ami dans le sud de São Paulo, est approché par le Premier ministre et, même s'il a obéi, il est touché dans le dos par un tir à bout portant. Le Premier ministre a revendiqué la légitime défense – "il pensait que le garçon était armé". Seulement non. «J'ai supplié, ils n'ont pas laissé mon fils m'aider», dit la mère du garçon, qui est arrivée morte à l'hôpital le jour où il avait 19 ans. Rogério, nègre.

Le livreur Matheus Fernandes, 18 ans, a été battu et menacé par deux gardes de sécurité armés dans un centre commercial de Rio de Janeiro. Il était allé changer une montre qu'il avait achetée pour la fête des pères, lorsque des hommes l'ont accusé de vol. Malgré les protestations, il a été jeté dans les escaliers. Il portait une casquette de «l'incroyable Hulk» et les PM en ont déduit que c'était «un truc de trafiquant de drogue». Matheus, nègre. Nous sommes une entreprise familiale.

Racisme structurel

Et nous, pensant que nous avions déjà vu tant de violence raciste, étions encore traités, dans notre horreur, avec la condamnation d'un juge du Paraná. Face au cas d'un suspect dont il n'y avait aucune preuve, elle écrit «sûrement un membre d'un groupe criminel, en raison de sa race». Quelle race? Coïncidence «normale», race noire. Au vu des réactions, elle se victimise, pauvre chose: «J'ai été incomprise». Sans commentaires.

On sait que le racisme est structurel au Brésil, il se propage et corrode le
société, économie, culture, politique, églises. Rapports
entre les personnes et les institutions. Il «justifie» les inégalités et
la violence. Ce qui m'a conduit à évoquer le cas de Joílson, à partir de 1983, quand
traiter de ce sujet aujourd'hui, sur lequel tant de choses ont déjà été écrites, est le suivant:
à cette époque, il y avait un soutien et une protection de l'entreprise pour l'avocat
tueur. Avec la fin du régime militaire, la Constitution de 1988 et la
gouvernements sociaux-démocrates (au moins jusqu'en 2014), nous avions l'illusion que
La société brésilienne devenait de plus en plus «éduquée» dans le sens
civilisant. Et puis nous avons du mal à comprendre le support, y compris
des classes «alphabétisées», au bolsonarisme le plus vulgaire et le plus cruel, commençant
pour le racisme.

Margarida a tout à fait raison: il est très triste de voir les caractéristiques abjectes d'une société héritière de près de 400 ans d'esclavage légal. Ces caractéristiques étaient, au moins explicitement, quelque peu dormantes, mais l'élection du capitaine a ouvert la porte à l'enfer. Et tous les préjugés, les discriminations offensantes, l'exploitation du travail, l'attachement aux privilèges, les violences de toutes sortes contre les plus vulnérables sont sortis.

Cet avocat meurtrier de 1983 est toujours avec nous. Allons au combat!


P.S.

Un mot d'admiration, d'enthousiasme et d'affection envers notre compagnon de la Commission Arns, José Vicente, Recteur de l'Université Zumbi dos Palmares, infatigable combattant, qui vient de créer le Mouvement AR. Vivant!


Maria Victoria Benevides est membre de la Commission Arns, sociologue, politologue, professeur ordinaire à la faculté d'éducation de l'USP

Vous pourriez également aimer...