Le Venezuela

Le rapporteur de l’ONU a reconnu l’impact des sanctions américaines illégales sur la population

La rapporteuse spéciale des Nations Unies (ONU), Alena Douhan, a offert une conférence de presse vendredi avant de quitter le pays, où elle a reconnu l’impact des sanctions américaines illégales sur le peuple vénézuélien.

Le rapporteur de l’ONU a assuré que les sanctions unilatérales violent le droit international.

En lisant son rapport, il a souligné son inquiétude concernant l’impact des sanctions sectorielles sur les industries pétrolière, aurifère et minière, le blocus économique du Venezuela et le gel des avoirs de la Banque centrale, qui ont exacerbé la situation économique et humanitaire préexistante. empêcher l’obtention de revenus et l’utilisation de ressources pour développer et entretenir des infrastructures et des programmes de soutien social, ce qui a un effet dévastateur sur toute la population du Venezuela, en particulier sur les personnes vivant dans l’extrême pauvreté, les femmes, les enfants, les travailleurs médicaux, les personnes handicapées ou maladies chroniques ou potentiellement mortelles, et la population autochtone.

Douhan a remis le rapport préliminaire sur son évaluation de l’application des mesures coercitives et unilatérales par les États-Unis et leurs alliés européens contre le Venezuela et a précisé que le rapport final sera présenté à l’ONU en septembre 2021, il a donc exhorté les interlocuteurs à continuer à soumettre des documents supplémentaires afin qu’ils puissent être reflétés dans son rapport final.

« Le durcissement des sanctions a sapé l’impact potentiel des réformes (économiques) ainsi que la capacité de l’Etat à mettre en œuvre des projets sociaux », a déclaré le rapporteur.

Au cours de la conférence, il a précisé avoir rencontré le président Nicolás Maduro, le vice-président de la République, les ministres des Affaires étrangères, du Logement, du Pétrole, des Mines, de l’Alimentation, de l’Égalité des genres, de la science, de la technologie, des transports et de la culture.

«Également avec les présidents du PDVSA, de la BCV, de la Cour suprême, du procureur et du procureur général, des membres de l’AN, du médiateur et des représentants de l’opposition, des syndicats, de l’Église catholique, des ONG de défense des droits de l’homme, du personnel médical, des enquêteurs indépendants et des victimes violations des droits ». « J’admets que le Venezuela a collaboré avec toutes les informations dont nous avions besoin pour pouvoir exécuter les conclusions », a-t-il déclaré.

À travers son rapport, la rapporteure a réalisé une radiographie de la situation actuelle des Vénézuéliens selon le rapport qu’elle a recueilli lors de ses réunions avec l’Exécutif national et avec d’autres secteurs du pays, y compris l’opposition vénézuélienne:

  • Réduction des services et diminution de leur qualité: Il est rapporté que les lignes électriques peuvent aujourd’hui fonctionner à moins de 20% de leur capacité. La distribution de l’eau ne peut se faire que «par équipes» pour assurer sa distribution à l’ensemble de la population, et la plupart des ménages ne peuvent accéder à l’eau qu’une à deux fois par semaine pendant plusieurs heures.
  • L’utilisation d’agents chimiques pour traiter et purifier l’eau pour la rendre potable a été réduite de 30%. On estime que le nombre de Vénézuéliens qui ont quitté le pays à la recherche d’une vie meilleure depuis 2015 varie entre 1 et 5 millions
  • Quatre années d’hyperinflation ont provoqué la dévaluation totale de la monnaie nationale (1 USD = 1,8-1,9 million de bolivars
  • Diminution du personnel des agents publics, affectant la fourniture et la qualité des services publics.
  • Il a souligné la fuite du personnel qualifié de l’administration publique en raison de la baisse de salaire
  • Les salaires du secteur public baissent de 150-500 USD en 2015 à 1-10 USD en 2020 et un niveau croissant de pauvreté.
  • Manque de machines, de pièces de rechange, d’électricité, d’eau, de carburant, de gaz, de nourriture et de médicaments nécessaires.
  • Les obstacles aux importations alimentaires, qui constituent plus de 50% de la consommation alimentaire, ont conduit à une croissance régulière de la malnutrition au cours des 6 dernières années.
  • Les obstacles aux importations alimentaires ont conduit à une croissance régulière de la malnutrition au cours des 6 dernières années
  • Le programme de boîtes alimentaires CLAP, lancé en tant qu’initiative gouvernementale en 2017, couvre 6 millions. des ménages à travers le pays diminue la diversité des articles.
  • Le Venezuela dépendait presque entièrement des médicaments importés de l’étranger, tandis que la plupart des services médicaux publics étaient fournis gratuitement par l’État avant 2016.
  • Le détournement d’actifs de la filiale américaine de PDVSA, CITGO, a empêché 53 enfants vénézuéliens de subir des greffes de foie et de moelle osseuse.
  • L’enseignement scolaire et universitaire a subi une forte baisse du soutien gouvernemental depuis 2016,
  • L’absence de ressources financières et la réticence des entreprises étrangères à commercer avec des institutions publiques vénézuéliennes et, souvent, avec des institutions privées, ont conduit à la suspension du programme Canaima, qui a débuté en 2015
  • Les incidents techniques survenus en 2019 ont rendu inopérante le satellite public du Venezuela, réduisant considérablement la couverture Internet dans le pays et rendant l’apprentissage à distance difficilement possible au cours de la pandémie.

Le rapporteur a également souligné que les tentatives du gouvernement vénézuélien de débloquer des fonds gelés à la Banque d’Angleterre pour l’achat de médicaments, de vaccins, de kits de protection et de matériel médical via le PNUD et l’OPS en 2020 ont échoué. «Aucun financement n’a été débloqué pour l’achat de COVAX par l’intermédiaire de l’OPS en 2020-2021. Malgré l’intensification du travail avec les acteurs humanitaires, certains cas de surveillance et de persécution du personnel des ONG nationales qui participent au travail humanitaire ont été signalés.», lit le document.

Considérations sur la légalité de l’imposition de sanctions:

  • Le Rapporteur spécial considère que l’état d’urgence nationale annoncé par le Gouvernement des États-Unis le 8 mars 2015, où le pays a été décrit comme une menace comme base pour l’introduction de sanctions contre le Venezuela, qui a été prorogée à plusieurs reprises, ne correspond pas avec les exigences de l’art. 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
  • Le Rapporteur spécial souligne que les sanctions unilatérales contre les secteurs du pétrole, de l’or, des mines et d’autres secteurs économiques, la compagnie aérienne d’État et l’industrie de la télévision constituent une violation du droit international.
  • Le but annoncé de la campagne «pression maximale» – changer le gouvernement du Venezuela – viole le principe de l’égalité souveraine des États et constitue une intervention dans les affaires intérieures du Venezuela qui affecte également ses relations régionales.
  • Le Rapporteur spécial rappelle que les avoirs de la Banque centrale et les avoirs utilisés pour des fonctions publiques appartiennent à l’État vénézuélien et non à son gouvernement ou à un particulier.
  • Le gel des avoirs de la Banque centrale du Venezuela pour non-reconnaissance de son gouvernement, ainsi que l’adoption des sanctions pertinentes, viole les droits souverains du pays et empêche son gouvernement effectif d’exercer son devoir de garantir les besoins de la population .
  • L’inclusion d’agents de l’État sur la liste d’office contredit l’interdiction de punir une activité qui ne constitue pas un crime, empêche les fonctionnaires de représenter les intérêts du Venezuela devant les tribunaux internationaux et autres institutions internationales et porte atteinte au principe de l’égalité souveraine des États. Les refus répétés des banques des États-Unis, du Royaume-Uni et du Portugal de libérer des actifs vénézuéliens même pour l’achat de médicaments, de vaccins et de kits de protection, sous le contrôle d’organisations internationales, violent le principe de l’égalité souveraine des États.

Vous pourriez également aimer...