Le Brésil

Le scénario post-pandémique nécessite un État-providence, pas l'austérité

São Paulo – "Les principaux défis de la politique économique après la pandémie sont la construction d'États-providence, le renforcement du développement productif et la mise en œuvre de politiques visant à promouvoir la durabilité de l'environnement", a déclaré la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes ( CEPALC). Dans un rapport (lire la version espagnole ici), l'entité déclare que «les politiques d'austérité ne sont pas la réponse appropriée aux défis budgétaires et monétaires auxquels ils sont confrontés».

Dans ton Étude économique de l'Amérique latine et des Caraïbes 2020, La CEPALC analyse les effets économiques de la pandémie dans la région et recommande des politiques d'adaptation. La secrétaire exécutive de l'entité, Alicia Bárcena, a noté que le processus de reprise sera plus lent que pendant la période de crise mondiale déclenchée aux États-Unis en 2007-2008.

Extrême pauvreté: recul

La Commission estime le recul du produit intérieur brut (PIB) de la région à 9,1% cette année. «Avec cela, à la fin de 2020, le niveau du PIB par habitant serait le même qu'en 2010, c'est-à-dire qu'il y aurait un recul de 10 ans avec une forte augmentation des inégalités et de la pauvreté», souligne le rapport. Avant le début de la pandémie, il y avait 158 ​​millions de travailleurs informels dans la région, ce qui correspond à plus de la moitié (54%) des employés.

L'entité prévoit également de fermer 2,7 millions d'entreprises formelles en 2020. Et le chômage atteindrait 44 millions de personnes. Dix-huit millions de personnes supplémentaires par rapport à l'année précédente, la plus forte augmentation depuis la crise mondiale d'il y a 12 ans.

La pauvreté, en revanche, reviendrait aux niveaux de 2005, touchant 231 millions de personnes. À son tour, le recul de l'extrême pauvreté serait de 30 ans, atteignant 96 millions de personnes.

Transformation structurelle

«Dans ce scénario, des politiques macroéconomiques actives seront nécessaires pour reprendre la croissance et promouvoir un programme de transformation structurelle», déclare Alicia. Elle parle de renforcer les recettes publiques et de maintenir «des politiques monétaires expansionnistes conventionnelles et non conventionnelles». Et il rappelle que «la coopération internationale est fondamentale».

«Les pays doivent orienter les dépenses publiques vers la réactivation et la transformation économique, le renforcement des investissements publics dans les secteurs qui favorisent l'emploi, la parité entre les sexes, l'inclusion sociale, la transformation productive et une transition équitable vers la durabilité environnementale», ajoute-t-il. Secrétaire exécutif de la CEPALC. Un autre défi est de maintenir «une politique budgétaire active dans un contexte d'endettement accru».

Les pays de la région doivent augmenter la perception des impôts, ce qui correspond à 23,1% du PIB en moyenne, contre 34,3% pour l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). "Pour cela, il faut lutter contre la fraude et l'évasion fiscales, qui atteignent 6,1% du PIB régional", pointe la CEPALC.

L'étude montre qu'au premier trimestre, le PIB a diminué dans neuf des 20 économies d'Amérique latine (dont le Brésil) et a décéléré dans huit. La contraction est de 1,53% par rapport à la même période en 2019. L'organisation note que les effets de la pandémie ont commencé à se faire sentir à la mi-mars.

Vous pourriez également aimer...