Le Venezuela

La loi anti-blocus surmontera progressivement la crise que traverse le pays

Le président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro Moros, a défendu la discussion et le débat public sur la loi anti-blocus présentée au sein de l'Assemblée nationale constituante. Il a assuré que cet instrument juridique permettra au pays de surmonter progressivement la crise que traverse le pays, "le projet a déjà été amélioré, élargi, perfectionné, corrigé, nous avons déjà un projet final de loi anti-blocus et demain il arrivera à l'Assemblée nationale constituante", a-t-il déclaré. .

"Cette loi constitutionnelle anti-blocus est l'instrument de cette étape pour le retour économique et productif", a déclaré le leader national dans le cadre du lancement du "Plan Récolte 2020".

Le chef de l'Etat a annoncé qu'une fois que l'Assemblée nationale constituante aura approuvé la loi anti-blocus, elle sera déférée au Conseil d'Etat pour qu'il demande l'avis de la chambre constitutionnelle de la Cour suprême de justice.

"J'ai une grande foi et j'espère qu'avec cette loi constitutionnelle anti-blocus nous nous dirigeons vers un grand changement nécessaire pour affronter ici, avec courage, les menaces et le blocus impérialiste, la persécution impérialiste des Etats-Unis", at-il dit.

Il a dit que le Venezuela est la cible, nous sommes dans l'œil de l'ouragan de l'attaque de l'empire américain, c'est le pays
plus attaqués, attaqués et détestés par l'impérialisme américain parce que nous portons le drapeau tricolore de Bolívar, parce que nous portons la dignité et le courage, parce que nous ne nous sommes pas rendus et nous n'allons pas nous rendre. "C'est pourquoi je continue de demander le soutien de tout le pays."

En ce sens, Maduro a invité les mouvements populaires qui font la vie dans les domaines les plus divers de la vie politique, sociale et économique du pays, à approfondir le débat sur la loi anti-blocus afin de perfectionner l'instrument. "Le mouvement populaire est le peuple qui se bat et le pouvoir populaire est le peuple au pouvoir", a-t-il dit.

Le dignitaire a rapporté que 89,7% des Vénézuéliens soutiennent l'approbation de la loi anti-blocus, selon les résultats de la consultation nationale, à laquelle ont répondu à ce jour 13 millions 527 mille 487 personnes via la plateforme Patria.

"C'est une loi pour nous protéger non seulement au moment conjoncturel, mais pour protéger désormais la bataille contre le blocus impérialiste", a souligné le président de la République, Nicolás Maduro.

Il a expliqué que 90,7% des personnes interrogées considèrent que les restrictions économiques, commerciales et financières imposées par les États-Unis au Venezuela constituent une violation du droit international et de la souveraineté nationale. Un autre 9,3% ont répondu qu '"elles sont nécessaires et légales", un chiffre qui indique où "se trouve la base sociale, politique et électorale de l'extrême droite qui déteste le Venezuela".

Concernant l'impact des mesures coercitives unilatérales, il a souligné que 87,4% indiquent qu'elles affectent le peuple du Venezuela; 15,3% aux fonctionnaires du gouvernement du Venezuela et 13,1% au secteur privé et aux entreprises.

84,2% soutiennent que les sanctions américaines ont nui à l'économie et à la qualité de vie, tandis que 97,7% rejettent les restrictions imposées à la société d'État Petróleos de Venezuela (PDVSA), Petro et Gold.

En revanche, 91,7% affirment que les mesures coercitives doivent être éliminées et 8,3% qu'elles doivent être maintenues. Il a indiqué que ces résultats expriment que "la droite fait de la politique pour les minorités" et qu '"ils ne se soucient pas du soutien mais des dégâts qu'ils causent".

Il a souligné que 90,9% ont déclaré être d'accord avec la prochaine Assemblée nationale (AN) qui demande au niveau international l'élimination des sanctions contre le Venezuela.

L'instrument juridique permettra, de l'avis du chef de l'Etat "de corriger les immenses problèmes de l'économie réelle qui servent d'instruments de guerre pour l'inflation induite contre le peuple".

Vous pourriez également aimer...