Le Venezuela

Le Venezuela inédit | Dernières nouvelles

Bonjour, Don Antero, comment vas-tu? Eh bien, avec beaucoup de désir de vivre et de volonté de continuer à se battre pour un meilleur Venezuela. Vous avez l’air plein d’espoir. C’est vrai, professeur, car que gagnez-vous du pessimisme, de l’angoisse et du désespoir? En plus de la pandémie, allons-nous chercher un autre mal? En cela, il a raison. Mais beaucoup disent ne pas connaître une situation comme celle dans laquelle ils vivent. Je comprends cela, mais nous devons nous rappeler que dans de nombreux cas, hier, il y avait des scénarios pires.

Gee, Don Antero, mais nous ne sommes pas d’accord. Il est vrai qu’à l’époque de ces guerres, persécutions et crimes, il y avait des moments de grande douleur. Mais c’était un autre Venezuela en production. Avec le pétrole, une autre façon de produire et de vivre a été établie. Temps d’un soi-disant confort que beaucoup ont compris comme une richesse pour tous.

Et aujourd’hui, en raison du tableau historique révolutionnaire bolivarien et du blocus yankee et des facteurs de corruption interne dénoncés par le parti officiel lui-même, cette économie est devenue insupportable. Et ne pensez-vous pas, professeur, que cela est temporaire et que cela sera surmonté?

C’est souhaitable, mais il n’y a pas de signes concrets à court terme. Cette crise peut se propager. De nombreux facteurs sont en jeu. Et la seule chose qui soit claire, c’est que notre sort dépend aujourd’hui de la stratégie des grandes puissances internationales. On peut soutenir qu’il n’y aura pas d’invasion américaine, mais il y aura un siège constant de nombreuses régions.

Une guerre frontalière est déjà planifiée, ce qui augmente l’instabilité interne, l’agitation et l’angoisse. Des maux qui rejoignent le célèbre covid-19 pour obtenir un effet liquidateur. C’est pourquoi nous avons dit que nous sommes confrontés à un Venezuela pétrolier sans précédent, étant donné que les richesses disparaissent et que les besoins insatisfaits de la majorité augmentent.

Gee, professeur, vous êtes en quelque sorte dans une fronde pessimiste. Non, Monsieur Antero, nous voulons faire part de notre préoccupation dans le débat pour aider à sensibiliser à une situation qui ne peut être surmontée qu’avec une participation globale. C’est le problème de tout le monde et du leadership horizontal. En attendant, il n’y aura aucune possibilité de promouvoir la construction ou la reconstruction du pays.

Alors professeur, comme dirait votre Sancho, ce que Dieu nous saisit avoué s’il n’y a pas d’idée claire pour changer la dure réalité de l’histoire actuelle?

Vous pourriez également aimer...