Le Brésil

Pour un peu de bon sens, une pandémie nécessite d’éviter tout surpeuplement

Plus le temps passe, plus les conséquences de la folie qui envahit le Palácio do Planalto deviennent irréversibles sur la vie des Brésiliens. Ils élargissent leurs tentacules, ils amplifient leurs maux. Vous devez mettre un frein à cela. Les milliers de morts qui ont été consommés en raison du déni récurrent et des interrogations aveugles et sans soutien pour la science sont la démonstration la plus macabre de la répulsion de ce gang par rapport à la vie. La vie de la majorité, bien sûr. Parce qu’ils prennent soin de leur famille. L’incitation à s’agglomérer et à ne pas utiliser de masque et le refus d’acheter des vaccins lorsqu’ils ont été proposés au Brésil, même l’année dernière, ont désormais remporté un autre chapitre. À travers l’un de leurs tentacules, ils ont créé une fausse controverse sur la possibilité de tenir des messes et des services sur tout le territoire national.


La libération de services et les masses en face-à-face portent atteinte à la justice, à la santé et à la vie


Non, nous ne parlons pas de foi ici. L’idée n’était pas de faciliter notre contact avec Dieu. Le souci était de maintenir les activités qui transcendent la religiosité. Thèse soutenue par les magnats de la religion. Pour ceux qui, contrairement à la totalité de leurs fidèles, mènent une vie ostentatoire qui ne correspond en rien au style de vie vécu par Jésus. Ils disent qu’ils parlent pour lui. Ils disent.

Le moment de la pandémie au Brésil est d’éviter toute forme de surpeuplement. Parrainer le contraire va à l’encontre de la vie. Comme les pharisiens, les faux prédicateurs veulent tromper, construire des réalités qui ne conviennent qu’à leurs projets d’accumulation de pouvoir et de richesse. Merde les autres. Tout le monde mourra un jour, diraient-ils.

Pour cette raison, adopter une attitude prudente par rapport aux rencontres religieuses n’a rien à voir avec une opposition à la religiosité de l’autre. Non, c’est juste défendre la vie. Quelque chose de si important et pour lequel Il a donné sa propre vie.

Défendons la vie. Soyons sensés.


Luiz Marinho il est président de PT / SP, il a été président du syndicat des métallurgistes de l’ABC et de la CUT, ministre du Travail et de la Sécurité sociale du gouvernement Lula et maire de São Bernardo do Campo

Vous pourriez également aimer...