Le Venezuela

Le vice-président appelle à une plus grande coopération internationale face à la pandémie

La Vice-présidente exécutive de la République, Delcy Rodríguez, a participé ce mercredi à la VIIe Rencontre ibéro-américaine des ministres des Finances et de l’Économie, par visioconférence, où elle a demandé aux pays ibéro-américains une plus grande coopération internationale face à la pandémie. .

« L’inégalité est la mauvaise façon de lutter contre la pandémie, il est inutile que 10 pays bénéficient d’une immunité collective alors que le reste du monde n’a pas accès aux vaccins et ne peut pas normaliser sa vie économique », a-t-il déclaré.

Il a profité de la présence du représentant du Portugal pour lui demander que les fonds bloqués dans ce pays soient placés à l’ordre des Nations Unies afin que le Venezuela puisse acquérir ses vaccins.

«Il est regrettable que dans cet espace ibéro-américain, il y ait 3 pays victimes du blocus et des sanctions. Cuba, le Nicaragua et le Venezuela souffrent des conséquences de ce blocus criminel », a souligné Rodríguez.

Il a remercié que, au Venezuela, le système de santé publique d’un accès universel et gratuit. C’est l’épine dorsale de tout ce qui a attiré l’attention contre la pandémie par le covid-19.

Le vice-président exécutif a dénoncé le parti pris politique du Fonds monétaire international (FMI) contre le Venezuela.

Il a également évoqué le rôle des agences de notation des risques, qui, a-t-il dit, continuent d’appliquer les mêmes mécanismes opaques et financiers pour noter parce qu’elles travaillent sous un parti pris politique.

De la même manière, il s’est félicité de l’intervention, plus tôt, du Dr Rebeca Grynspan, secrétaire générale ibéro-américaine, qui, a-t-il assuré, « est allée au cœur du sujet abordé dans cette réunion ».

Concernant la nomination, il a déclaré «cet espace ibéro-américain, la réunion des ministres des Finances et des Finances est encourageante car des réflexions ont été entendues, comme l’incapacité que les systèmes de santé de la région ont dû faire face à la crise du Covid-19.

«Il y a un peu plus d’un mois, nous nous réunissions également virtuellement et d’autres personnes en personne à Andorre, lors du Sommet des chefs d’État et de gouvernement ibéro-américain, qui n’avait pas eu lieu depuis 2013, lorsqu’il s’est tenu au Panama, et dans d’autres conditions; Nous ne vivions pas à une époque de pandémie », a déclaré Rodríguez.

Vous pourriez également aimer...