Le Brésil

L’économie solidaire donne un nouveau sens à la vie d’anciens toxicomanes – Jornal da USP

Selon Gabriela Zanim, l’économie solidaire, constituée en entreprise collective, est capable de générer des emplois, y compris des personnes marginalisées.

Par Pedro Ferro

L’économie solidaire peut être une alternative efficace pour l’inclusion de la population exclue du pays

Passer par le processus de réhabilitation psychosociale et de réinsertion sociale n’est pas une tâche facile. Les anciens alcooliques et toxicomanes sont marginalisés par la famille, les amis et la société et leurs antécédents d’abus d’alcool et de drogues rendent difficile la recherche d’un emploi. Les employeurs craignent même d’être volés. Cependant, les chercheurs de l’École d’infirmières Ribeirão Preto (EERP) de l’USP croient en l’investissement dans l’économie solidaire comme réponse à la réinsertion sociale des anciens toxicomanes.

Constituée comme une entreprise collective dans laquelle les activités économiques, de production, de distribution et de consommation, entre autres, sont organisées dans un format d’autogestion, l’économie solidaire, selon la chercheuse de l’EERP, Gabriela Zanim, est capable de créer des emplois, y compris des personnes marginalisées. Dans ce type de structure, dit Gabriela, ces individus peuvent s’engager dans différents types d’activités économiques – de la production de biens, la fourniture de services, les échanges, la finance solidaire, le commerce équitable et la consommation solidaire, en obtenant des bénéfices qui sont ensuite répartis également entre les individus participants.

Et la chercheuse fait ces déclarations sur la base des résultats positifs obtenus par le groupe qu’elle a suivi lors de son dernier projet de recherche. Les nouvelles opportunités d’emploi qui ont émergé des initiatives d’économie solidaire, assure Gabriela, ont changé la vie de ces anciens dépendants chimiques d’une «manière très forte et persistante. J’ai été ravi d’entendre l’un des participants dire qu’il travaillait avec de l’artisanat. Il était possible de ressentir de la fierté dans sa voix quand il parlait ».

L’étude de Gabriela a été réalisée avec le suivi d’un groupe de personnes assistées au Centre de soins psychosociaux (CAPS), un établissement de santé communautaire du SUS qui traite des personnes souffrant de troubles mentaux. L’institution dispose d’un personnel formé pour assister les ex-dépendants tant dans le processus de réinsertion psychosociale que dans le développement de l’économie solidaire.

A quoi sert l’économie solidaire?

Le projet Alcool, drogue et insertion sociale par le travail: potentiels et difficultés d’une pratique basée sur l’économie solidaire intègre les travaux de maîtrise de Gabriela Zanim, présentés en janvier 2020 à l’EERP. L’objectif de ses recherches était de prouver que, bien que peu connue et difficile à mettre en œuvre, l’économie solidaire peut être une alternative efficace pour l’inclusion de la population exclue du pays.

Avant de rejoindre son cours de troisième cycle à l’USP, Gabriela travaillait déjà avec des personnes souffrant de troubles mentaux et, dit la chercheuse, souhaitait approfondir ses connaissances sur le sujet. Ainsi, guidée par le professeur Regina Celia Fiorati, de la Faculté de médecine Ribeirão Preto (FMRP) à l’USP, Gabriela se dit impliquée dans l’économie solidaire et a vu le potentiel de ce type d’économie.

Le chercheur voit l’avenir de la société, impliquant l’économie, comme quelque chose qui va au-delà de l’accumulation de profits, que l’économie solidaire est capable de permettre. Il garantit que l’obstacle au développement de cette pratique économique est dû à sa faible connaissance publique. Il dit que, même avec l’objectif de valoriser l’être humain et son travail, les Mairies de la région de Ribeirão Preto, par exemple, «ne parviennent pas à promouvoir les foires de l’économie solidaire, où les personnes en réadaptation peuvent montrer le travail et les produits qu’elles ont réalisés. ». Selon elle, la diffusion de ces œuvres devrait être plus importante, témoignant de la reprise des individus sociaux et de leur force de production économique et non pas simplement «chercher l’accumulation de profits».


Journal de l’USP sur les ondes
Jornal da USP no Ar est un partenariat de Rádio USP avec l’École polytechnique, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. A l’antenne du lundi au vendredi: 1ère édition de 7h30 à 9h, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h45. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...