Le Venezuela

Alerte au Pérou sur les achats privés de vaccins contrefaits

Le président du Pérou, Francisco Sagasti, a affirmé ce jeudi qu’il y a des escrocs qui font le trafic dans le monde entier avec des lots de vaccins contrefaits contre le covid-19.

Lors d’une visite de travail dans la ville de Rioja, dans la région amazonienne de San Martín, Sagasti a assuré qu ‘ »il n’y a actuellement aucun acheteur privé de vaccins dans le monde qui les administre directement ».

« Cette situation n’existe pas. Ce qui existe, ce sont des escrocs, des personnes sans scrupules qui font le trafic de vaccins contrefaits », a-t-il souligné.

Polémique sur la vaccination des hommes d’affaires

Le gouvernement s’est prononcé sur cette question après la polémique qui a éclaté dans son pays à la demande de certains hommes d’affaires de pouvoir acheter beaucoup de vaccins pour vacciner leurs employés et leur entourage.

L’exécutif a ratifié que, pour l’instant, les achats de vaccins se feront uniquement au niveau gouvernemental, car presque tous les laboratoires négocient directement avec les États et il existe encore des limitations pour accéder aux doses compte tenu de la forte demande mondiale.

Certains secteurs demandent que l’importation privée soit autorisée en raison du prétendu «échec» de l’État à se procurer les doses nécessaires pour vacciner les Péruviens, bien que le gouvernement ait annoncé que, pour l’instant, il avait déjà des contrats avec plusieurs laboratoires pour recevoir 48 millions de vaccins.

Vaccins sous contrat

Le Pérou a conclu des contrats pour recevoir 20 millions de doses de Pfizer, 14 millions d’AstraZeneca et 13,2 millions de l’initiative Covax Facility.

En outre, il a conclu un accord d’achat pour un total de 38 millions de doses de Sinopharm, dont il a déjà reçu un million, et a exprimé son intérêt pour l’achat des vaccins auprès d’autres laboratoires, notamment Johnson & Johnson et Galameya.

La campagne de vaccination a débuté il y a trois semaines dans le pays, avec l’application aux équipes de santé du premier lot de doses du laboratoire chinois Sinopharm, auquel s’ajoutera un premier lot de 250 000 doses envoyé ce mercredi par Pfizer.

48 millions de doses d’ici 2021

À cet égard, Sagasti a déclaré que le gouvernement de transition qu’il préside depuis novembre dernier a travaillé dur pour obtenir les vaccins et « en peu de temps » a garanti « 48 millions de doses disponibles d’ici 2021 et, si nécessaire, au-delà. » .

«Nous poursuivons les négociations pour avoir plus de doses et faire en sorte qu’aucun citoyen ne reste non vacciné», a-t-il fait remarquer avant de dire qu’il ne dépend pas de sa direction pour définir les dates d’arrivée des doses, mais de la capacité de production des laboratoires.

Il a ajouté qu’en ce sens, tout sera mis en œuvre pour assurer un flux continu de vaccins permettant le respect du calendrier de vaccination, qui prévoit de vacciner quelque 25 millions de Péruviens et qui commencera déjà à être appliqué aux personnes âgées.

Vaccination des personnes âgées

Sur ce point, la présidente du Conseil des ministres, Violeta Bermúdez, a annoncé que les personnes âgées commenceront à se faire vacciner à partir de ce lundi avec les premiers vaccins que Pfizer a envoyés.

Il a rappelé que cette société pharmaceutique continuera d’envoyer des lots hebdomadaires de 50 000 doses jusqu’à atteindre 250 000 au cours de ce mois, après quoi elle en enverra 800 000 en avril et augmentera ce montant mois par mois jusqu’à achever les 20 millions acquis.

«Aujourd’hui et demain, l’équipe en charge de la logistique et de la planification procède aux derniers ajustements pour sa distribution et son application», a déclaré M. Bermúdez.

Ils pressent le pas avec le personnel de santé

Malgré ce qu’a indiqué le Premier ministre, le vice-ministre de la Santé, Percy Minaya, a assuré que la vaccination des personnes âgées commencera ce samedi, car « la logistique de ce vaccin (de Pfizer) a ses complexités », toutes deux dues à la chaîne du froid. qui doit être maintenu ainsi que la quantité dans chaque bouteille.

«Nous sommes prêts à partir immédiatement et c’est notre devoir en tant que fonctionnaires», a fait remarquer Minaya à la télévision Cana N après avoir souligné qu’une «opération de travail parallèle» sera menée pour couvrir les personnes âgées ainsi que le personnel de première ligne de la Forces armées et police.

Minaya a assuré qu ‘ »il ne reste que très peu » pour achever la vaccination de tout le personnel de santé en première ligne de soins et que les doses sont déjà appliquées aux travailleurs d’autres domaines techniques et administratifs de la santé afin qu’ils puissent « se rendre dans le pays. terrain et faire ces activités à déployer au niveau national ».

EFE

Vous pourriez également aimer...