Le Venezuela

Leonardo González : « Le temps n’était pas notre allié »

L’entraîneur du Venezuela, Leonardo González, était satisfait de la prestation de son équipe ce jeudi malgré la défaite 2-1 contre le Paraguay à Asunción, et a déclaré que le temps avait joué contre Vinotinto avec le changement d’entraîneur.

Ceci en référence à la démission du Portugais José Peseiro avant ce triple tour, dans lequel le Venezuela s’est également incliné face à l’Argentine et au Pérou et se trouve en bas du tableau avec quatre nombres entiers.

« Nous arrivons à un moment difficile, compliqué, avec beaucoup de joueurs qui n’ont pas pu venir, le point négatif c’est que nous n’avons pas eu de points sur cette triple date, je suis content malgré tout », a déclaré González en conférence de presse.

«Cette équipe voulait essayer, jouer, elle a généré, d’une manière ou d’une autre, nous savons que nous avons des joueurs, cela demande du travail. Malheureusement le temps n’était pas notre allié, il ne nous a pas aidés, mais je suis content de l’équipe », a-t-il ajouté.

Il a souligné que ce qui s’est passé avec le changement d’entraîneur a forcé une restructuration hâtive dont il a souligné que « cinq ou six joueurs pourraient faire leurs débuts à cette date ».

« D’une manière ou d’une autre, tout n’était pas mauvais », a-t-il déclaré.

Concernant le match contre le Paraguay, González a déclaré qu’ils savaient qu’ils allaient rencontrer une équipe dangereuse, même s’il a regretté qu’ils aient reçu un but au début de la première mi-temps qui a déséquilibré le cours du match.

« Nous avons un groupe de joueurs intermédiaires qui sont techniquement très riches. Avec la vitesse, nous pensions que nous pouvions faire des dégâts. On sait ce qu’est le football paraguayen, intense, féroce, malheureusement ils nous marquent un but. Je pense qu’à la sixième minute, ça a été un coup très fort », a-t-il déclaré.

Cependant, il a souligné que son équipe « avait une récompense pour l’effort » avec le but à la dernière minute de Jhon Chancellor : « malheureusement c’était trop tard », a-t-il déclaré.

Un peu plus tôt, l’attaquant Yeferson Soteldo, la figure des Vénézuéliens, avait manifesté sa déception à l’issue de cette triple journée, même s’il avait déclaré qu’il fallait « tourner la page pour la prochaine date ».

« Nous allons nous battre jusqu’au bout », a ajouté l’attaquant, qui a qualifié le moment de sa sélection de « compliqué ».

EFE

Vous pourriez également aimer...