La Colombie

L’Équateur décide

08 février 2021 – 23h40
Pour:

Aura Lucia Mera

Je suis avec passion les résultats du concours électoral en Equateur, ma deuxième patrie, celle du cœur. La quasi-victoire d’Arauz me bouleverse, le gamin d’extrême gauche est la marionnette de Rafael Correa, l’un des dictateurs déguisé en démocrate le plus pervers, le plus plein de ressentiment et le plus dangereux qui a gouverné ce pays voisin à volonté, il a fait ce qu’il voulait Il gagne, il a mis fin à la liberté de la presse, il a menti, le vol, etc., il l’a laissé endetté et s’est entouré de classes qui ont fait leur truc avec son approbation.

Il a été remplacé par Lenín Moreno, à mon avis un dirigeant qui, bien qu’ayant été vice-président du Correato, n’a pas hésité à s’écarter de son prédécesseur, poursuivant et séparant tous ceux qui avaient profité de la corruption endémique. Un président juste, pour une transition très complexe. J’admire Lenín Moreno et je le respecte.

Selon les résultats de dimanche dernier, Arauz, le gamin-marionnette, et Yaku Pérez, leader du mouvement Pachakutick, un indigène charismatique, né dans la province d’Azuay, docteur en jurisprudence de l’Université catholique de Cuenca, avec spécialisations, vont passez au deuxième tour en justice autochtone, droit de l’environnement, droit pénal et criminologie.

Veuve et unie dans le rituel de son groupe ethnique à Manuela Pick, une femme franco-brésilienne, également dirigeante, qui accompagne Yaku dans ses campagnes depuis 2013, a été arrêtée par Correa, torturée et exilée, retournant en Équateur sous le gouvernement Moreno. Une femme préparée académiquement, charismatique et courageuse.

Ce qui est curieux, c’est que dans la campagne de Lenín Moreno, Yaku Pérez a soutenu la candidature de Guillermo Lasso, l’homme politique, homme d’affaires et banquier de Guayaquil, dans sa deuxième tentative à la présidence.

Et maintenant c’est l’inverse. Pérez, par très peu de différence, va au second tour électoral, et si Lasso le soutient, il pourrait, en avril, être le premier président indigène de l’Équateur.

Leur anti-corréisme les unit à la lettre. Cette alliance serait la seule bouée de sauvetage pour que l’Équateur ne tombe pas dans les griffes de Rafael Correa et de ce populisme malveillant qui a détruit le pays.

Je pense personnellement que Yaku Pérez serait un grand leader. J’ai parcouru pratiquement toutes les villes des hauts plateaux équatoriens où gouvernent les mouvements indigènes, et elles sont un exemple de progrès, d’ordre, de propreté, d’honnêteté et d’éthique.

Grand coup porté à la féodalité et au colonialisme ancestraux, mais l’Équateur a toujours conservé l’identité de ses groupes ethniques et sa sagesse et sa dignité ancestrales. Et sans aucun doute Yaku Pérez est, à mon avis personnel, le plus prêt à prendre les rênes de son pays en ce moment.

***

Postscript. Je suivrai pas à pas les événements qui définiront le destin équatorial jusqu’en avril. Espérons que tous les habitants de toutes les provinces s’unissent, abandonnent les préjugés des «  singes et montagnards  », du «  sang pur et des autochtones  » et parviennent à sauver de la catastrophe qui vient avec le triomphe possible d’une Correa furieuse bougeant les ficelles de la marionnette «apparut».

Ils jouent le futur sérieusement. Voyons comment les pièces de ce jeu d’échecs politique équatorien bougent.

***

Post-scriptum 2. Je vais me faire vacciner. J’y ai pensé et je l’ai déjà «voulu»!

Vous pourriez également aimer...