Le Venezuela

Les détenus sans papiers aux États-Unis sont en grève de la faim

Plus d’une centaine de détenus des centres de détention pour migrants aux États-Unis sont en grève de la faim dans un acte de protestation contre les mauvaises conditions qui, dénoncent-ils, vivent au milieu de la pandémie de covid-19 et demandent que Libérez les.

Plus de vingt personnes dans un centre de détention de l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) du New Jersey ont entamé une grève de la faim pour réclamer leur liberté, ont rapporté jeudi des militants pro-immigrés, exigeant également de meilleures conditions de santé. au milieu de la pandémie de covid-19.

Pendant ce temps, en Floride, des immigrants détenus par l’ICE au centre de détention du comté de Glades ont entamé une grève de la faim le 28 décembre, selon des informations reçues par les avocats du groupe Immigrant Action Alliance, et ce mercredi plus de 100 hommes et femmes y ont participé. en grève.

Dans ce cas, leur principale demande est de pouvoir parler avec un représentant de l’ICE pour pouvoir détailler les conditions dans lesquelles ils se trouvent dans cette prison gérée par le comté de Glades et qui maintient un accord avec l’agence d’immigration.

Dans le New Jersey, pour sa part, la coalition Abolish ICE (Abolish ICE) a rapporté jeudi dans une lettre au gouverneur, Phil Murphy, que 24 immigrants détenus au centre de détention ICE de la prison du comté d’Essex sont en grève pour faim d’exiger sa liberté et que d’autres commencent lundi dans le centre du comté d’Hudson, dans les deux cas après d’autres grèves récentes.

« La grève coïncide avec une augmentation des cas de COVID-19 dans les centres de détention, ce qui crée la peur, un sentiment d’urgence et exacerbe les conditions déjà dures des personnes dans les prisons et les centres ICE », indique la lettre. dans le cadre d’une campagne de signature pour exiger l’attention des autorités sur la question.

Selon les derniers chiffres de l’ICE, il y a actuellement 497 détenus qui ont été testés positifs pour la covid-19 et sont isolés ou surveillés pour cette raison.

En outre, le groupe militant a accusé Anthony Cureton, shérif de Bergen, New Jersey, d’avoir invité des photographes à documenter le nettoyage de certaines cellules dans un « coup de publicité » qui, selon eux, cherche à « dissimuler » la déportation d’un père de famille et les rapports de certains détenus sur «des conditions insalubres, dangereuses et inhumaines» pendant la pandémie.

Marlene Nava Ramos, représentante de l’organisation Critical Resistance, citée dans une note dénonçait la « séparation de la famille », la « torture mentale de la détention illimitée » et le « traumatisme » des détenus, et a justifié le courage de 10 hommes qui l’ont récemment fait une grève de la faim de 34 jours à Bergen et ils ont subi des «représailles», dont une expulsion.

Selon « Abolish ICE », les détenus de Bergen « se sont constamment vu refuser des produits de nettoyage, des EPI (équipement de protection) et des soins médicaux pendant la pandémie » et le nettoyage des cellules documenté « est une imposture » parce que « plusieurs les personnes détenues »continuent de signaler de mauvaises conditions et il y a eu 7 diagnostics de covid-19, selon les statistiques de l’ICE.

Les dix hommes ont subi des représailles telles que « se voir refuser l’eau, les soins médicaux, le chauffage, le blocage de leurs fenêtres et la manipulation par le personnel du centre », et au-delà, cinq d’entre eux ont été transférés vers d’autres centres, dont l’un a été expulsé. Deux d’entre eux « ont réussi à obtenir la liberté » après la grève de la faim, indique la note.

Ces annonces de grève de la faim surviennent lorsqu’une épidémie de covid-19 est signalée dans la prison du comté de Yuba en Californie, où, selon des documents judiciaires publiés par KQED, plus de 80 personnes ont été testées positives pour le virus en cette prison qui abrite également des immigrants détenus par l’ICE. EFE

Vous pourriez également aimer...