Les électeurs de São Paulo rejettent les candidats de Doria et Bolsonaro

São Paulo – Le gouverneur de São Paulo, João Doria (PSDB), et le président de la République, Jair Bolsonaro, pour le moment, sont loin d'être des «câbles électoraux» qui peuvent tirer parti des candidatures à la mairie de São Paulo. C'est du moins ce que l'on peut conclure de la recherche Datafolha. Selon l'enquête, 64% des électeurs de São Paulo déclarent qu'ils ne voteraient en aucun cas pour un candidat Bolsonaro. Quant au gouverneur de São Paulo, 59% ont répondu dans le même sens. Seuls 11% (un électeur sur dix) voteraient pour le candidat proposé par le président. Ceux qui approuvent un nom soutenu par Doria seraient 8%, indique l'enquête.

Selon Datafolha, le gouvernement de Bolsonaro est jugé excellent ou bon par 29% des habitants de São Paulo. Pour 23%, il est régulier et 46% le jugent mauvais ou très mauvais. Le gouvernement Doria est considéré comme excellent et bon par 21%, comme régulier par 39% et, pour 39% des électeurs de la capitale, il est mauvais et terrible.

Dans le cas de l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, le
le rejet n'est pas non plus petit: 57% refuseraient un nom suggéré par lui. Mais le
PT a en sa faveur le fait que 20% disent qu'ils voteraient pour leur candidat
et 21% considèrent cette possibilité.

Pour Oswaldo Amaral, professeur à l'Institut de philosophie et des sciences humaines de l'Université d'État de Campinas (Unicamp), le rejet d'éventuels candidats soutenus par le gouverneur de Tucano et le président est lié au développement de la pandémie de coronavirus. «Dans les grands centres urbains, le reflet de ce processus est plus frappant qu'à l'intérieur. Et dans la capitale, l'aide d'urgence a moins de pénétration », dit-il. Le bénéfice est considéré par la plupart des analystes comme le principal facteur d'approbation du gouvernement Bolsonaro pour passer à 40%, selon Ibope.

Jusqu'à ce vendredi (25), le pays pour le président duquel le covid-19 n'est rien de plus qu'un «petit rhume» a enregistré 4,7 millions de cas de la maladie, avec 140 040 décès. À la même date, l'État de São Paulo comptait 34 877 décès et 964 921 cas confirmés. Dans la capitale de l'État, les cas confirmés étaient de 321 851 et le nombre de morts était de 12 506 (environ 9% du pays).

«Un grand nombre de personnes ont beaucoup souffert de la pandémie. Le nombre de morts est élevé, au-delà des restrictions. La façon dont il a été mené par le gouvernement Bolsonaro a suscité sa popularité », dit Amaral. Il souligne cependant que le nombre de partisans du comportement du président face à la maladie se reflète également dans la recherche nationale. "A tel point qu'il a 40% d'approbation."

La campagne commence dimanche

Cependant, la campagne électorale n'ayant même pas commencé, les données de l'enquête ne peuvent être évaluées comme historiques, ce qui empêche de savoir, par exemple, si les chiffres sur le soutien de Doria et Bolsonaro sont en baisse ou en hausse. «Si vous prenez une série liée au gouvernement Bolsonaro, vous savez qu'il est en augmentation chez ceux qui gagnent jusqu'à deux salaires minima, parmi la population du Nord-Est, du Sud», explique le politologue.

Dans le cas de l'élection municipale, le début de la période de campagne électorale aura lieu ce dimanche (27). Avant cela, le candidat de Bolsonaro, le député fédéral Celso Russomanno (Républicains), mène la course électorale, avec 29%, suivi du maire Bruno Covas (PSDB), soutenu par Doria, avec 20%, dans le sondage Datafolha. Les électeurs de São Paulo ne savent toujours pas qui soutiennent le président et le gouverneur.

Pour le professeur d'Unicamp, l'actuel maire de São Paulo semble être dans une bonne situation. "Il n'est pas loin derrière Russomanno, qui a tendance à se déshydrater beaucoup." La situation du candidat de Bolsonaro est très similaire aux élections précédentes.

«Il a un« rappel », les gens se souviennent de lui. Mais ils sont plus préoccupés de ne pas perdre ou de trouver un emploi, pas de mourir de covid. Lorsque l'intervieweur de l'enquête arrive avec la liste, l'électeur se souvient de Russomanno. Mais il est trop tôt. En 2016, fin août, Russomanno a mené les sondages avec environ 30% et a remporté le deuxième tour dans tous les scénarios.

Centre-gauche

Dans le champ centre-gauche, le mieux placé est Guilherme Boulos (Psol), avec 9%. Jilmar Tatto (PT) apparaît avec 2%. «Boulos, c'est le même vote que le PT des années 90, un vote de la classe moyenne, milieu supérieur du centre élargi. En périphérie, il n'y aura pas de vote significatif », évalue l'analyste. Le nombre de blancs, de nuls ou de ceux qui ne voteront pour aucun candidat est de 17%.

Pour Amaral, le fait que 20% des personnes interrogées voteraient pour le candidat de Lula et 21% considéreraient cette possibilité ne peut pas être évalué comme une tendance. "La nomination de Lula est plus un rappel de quelque chose de positif que la tendance à transférer les votes", dit-il. «Lula ne va pas transférer 20% des voix à Jilmar Tatto. Des données comme celles-ci mesurent bien plus la préférence des électeurs pour ces politiciens, que ce soit Lula ou Bolsonaro, que la capacité de transférer des votes.

Ce qui compte, c'est le banc

De l'avis du politologue et ancien président du PSB Roberto
Amaral, en lançant Tatto, le PT «ne pense même pas à élire le candidat, mais
conseillers ». Le professeur Unicamp est d'accord. «Cela arrive dans de nombreux endroits
où le PT n'a aucune chance et essaie de faire un banc. Toutes les parties sont
travaillant sur cette logique, qu'ils doivent lancer des candidats aux maires
accroître l'exposition des candidats à la fonction de conseiller », analyse-t-il.

Oswaldo Amaral note que, lors des élections municipales de 2020,
pour la première fois, les candidats au poste de conseiller ne pourront pas se présenter
coalitions, après que le Congrès national a approuvé la fin de ce système dans la réforme
Élection de 2017. Ainsi, le candidat
un siège à la mairie uniquement
vous pouvez participer à l'élection de plaque unique au sein du parti auquel vous êtes affilié.

«Ce qui était auparavant fait par le biais de la coalition n'est plus
peut le faire. C'est ce que pensent les chefs de parti. Il se peut que
faux, mais nous ne le savons pas, car c'est la première fois qu'il y aura cette règle. »

★★★★★