Le Venezuela

Les élections parlementaires russes seront sous observation internationale

La Russie a invité environ 300 observateurs étrangers aux élections à la Douma d’Etat (Chambre basse du Parlement), toutes les missions d’observation, à l’exception de l’OSCE, ont accepté les conditions proposées par la partie russe, a annoncé le vice-président du Conseil de la Fédération (Chambre haute de Parlement), Konstantín Kosachov, renvoie Tass.

« Compte tenu de la situation épidémiologique, nous avons en général prévu la possibilité de l’arrivée de quelque 300 observateurs de l’étranger à nos élections. Il s’agit en fait d’un nombre assez important. Pour comparer : une trentaine d’observateurs sont venus aux élections américaines, nous en invitons 10 fois plus. Cinq ou sept personnes sont venues aux élections néerlandaises », a-t-il déclaré en direct sur la chaîne de télévision Rossiya 24.

Il a souligné que la Russie est absolument ouverte à l’observation internationale, car cela est réglementé par la loi russe. Selon Kosachov, des invitations à tous les partenaires traditionnels de la Fédération de Russie, y compris le Bureau de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme (BIDDH) et l’Assemblée parlementaire (AP) de l’OSCE, ont été envoyées régulièrement. « Nous demandons de prendre en compte les circonstances connues de tous. Et pour la mission d’observation du BIDDH et de l’AP de l’OSCE, aucune condition discriminatoire n’a été posée, ils ont été invités dans notre pays sur un pied d’égalité avec le reste des participants. Ces conditions sont transparentes, elles sont acceptées par tous les autres observateurs que nous invitons aux élections », a déclaré Kosachov.

Le vice-président du Conseil de la Fédération a également ajouté que la Russie n’interagira pas dans les conditions du BIDDH, « mais dans les conditions proposées par la partie russe, les homologues russes ne sont pas prêts à interagir, bien que ces conditions soient démocratiques, transparentes et absolument égal pour tous les observateurs internationaux ».

Le parlementaire a également attiré l’attention sur le fait que l’institution de l’observation internationale n’est reconnue que par 35 des 57 États membres de l’OSCE, dont la Russie, où ce processus est réglementé par la législation nationale. « Les 22 États restants ne réglementent en aucune manière l’observation internationale dans le droit national », a déclaré Kosachov, citant les États-Unis, l’Allemagne et la France parmi ces pays.

Décision de l’OSCE

Ce mercredi, une déclaration a été publiée par les chefs du BIDDH et de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE sur la décision de ne pas envoyer d’observateurs aux élections à la Douma d’Etat « en raison des restrictions imposées par les autorités de la Fédération de Russie sur la supervision de cette traiter « . Le directeur du BIDDH, Matteo Mecacci, a déclaré qu’il était important pour l’OSCE « de pouvoir déterminer de manière indépendante le nombre d’observateurs nécessaire ».

Les élections à la Douma d’Etat de la huitième convocation sont prévues en un seul jour de scrutin le 19 septembre 2021. Elles se dérouleront sur trois jours : les 17, 18 et 19 septembre. Simultanément aux élections à la chambre basse un seul jour de scrutin, des élections directes des chefs de neuf sujets de la Fédération de Russie doivent avoir lieu (dans trois autres régions, les députés des assemblées législatives éliront les plus hautes personnes administratives) et 39 parlements régionaux.

Vous pourriez également aimer...