Le Brésil

Les enfants de Brumadinho ont des niveaux élevés de métaux dans le corps

Brasil de Fato – Une étude de la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) et de l’Université de Rio de Janeiro (UFRJ) a montré que la population de la municipalité de Brumadinho, dans le Minas Gerais, souffre de niveaux de métaux dans le corps supérieurs au tolérable, surtout les enfants. Il y a aussi un excès de maladies respiratoires et mentales.

Au total, la recherche a examiné des échantillons de sang et d’urine de 3 297 personnes. Il y a 217 enfants, 275 adolescents entre 12 et 17 ans, en plus de 2 805 adultes de plus de 18 ans. L’étude a révélé une forte concentration de métaux, au-dessus des limites de référence dans tous les groupes d’âge, dans les quatre régions étudiées, Parque da Cachoeira, Córrego do Feijão, Tejuco et Aranha.

En janvier 2019, l’effondrement du barrage de Córrego do Feijão, propriété de la société minière Vale, a tué 270 personnes. L’étude permet de détailler les impacts à long terme de la catastrophe.

enfants les plus touchés

L’étude a montré que 50,6% des enfants âgés de 0 à 6 ans avaient des échantillons urinaires avec au moins un métal au-dessus de la valeur de référence. L’arsenic a été retrouvé au-dessus de la limite dans 41,9 % des échantillons analysés et le plomb dans 13 % d’entre eux.

Selon la chercheuse Carmen Froés, coordinatrice du projet Bruminha, destiné aux enfants, l’exposition à certains métaux étudiés est généralisée, le principal étant l’arsenic. Cette exposition ne signifie pas une intoxication ou une maladie, mais indique que l’enfant entre d’une manière ou d’une autre en contact avec ce métal, qui peut avoir une action toxique. En ce sens, il est essentiel que les responsables emmènent les enfants pour un bilan de santé.

La partie de l’étude qui analysait le développement neurologique des enfants a observé chez certains d’entre eux la « non-acquisition des compétences attendues pour leur âge », précise Fróes. Le chercheur souligne cependant que le processus pandémique a peut-être contribué à ce scénario, c’est-à-dire que ces données ne sont pas concluantes. « Les enfants ont été déscolarisés pendant deux ans », se souvient-il.

Dans la population adulte et les adolescents

Parmi les adolescents, 28 % avaient plus d’arsenic dans leurs urines que la limite tolérée. De plus, des analyses d’échantillons de sang ont montré que 52,3 % des personnes de ce groupe d’âge avaient un excès de manganèse dans l’organisme, tandis que 12,2 % avaient du plomb au-dessus du seuil.

Chez les adultes, le scénario s’est répété : 33,7 % d’entre eux avaient plus d’arsenic dans leurs urines que le tolérable et 37 % avaient du manganèse au-delà de la limite.

Sérgio Peixoto, chercheur à Fiocruz Minas et coordinateur général de la recherche, déclare que « les résultats sur le diagnostic médical des maladies chroniques, ainsi que sur les signes et les symptômes, démontrent un fardeau élevé de ces conditions pour la population de Brumadinho, qui peut réfléchir à la recherche de services de santé.

Maladies respiratoires et santé mentale

L’étude a également analysé la présence de maladies chroniques parmi les résidents de la municipalité. L’asthme et la bronchite asthmatique étaient les maladies les plus citées chez les adolescents. Chez les adultes, les maladies les plus citées étaient l’hypertension (30,1 %), l’hypercholestérolémie (23,1 %) et les problèmes de dos chroniques (21,1 %). Parmi les enfants, environ la moitié des responsables ont signalé des changements de santé après l’effondrement du barrage, tels que des changements dans le système respiratoire et la peau.

« Surtout dans les zones proches de la boue, la population signale de nombreux signes et symptômes liés aux maladies respiratoires, et a également une forte proportion de diagnostics d’asthme », explique Sérgio Peixoto.

Les données sur la santé mentale montrent, chez les adultes, 22,5% diagnostiqués avec une dépression. Le taux est supérieur aux 10,2% enregistrés par l’Enquête nationale sur la santé (PNS), réalisée par l’Institut brésilien de géographie et de statistique, en 2019. Le diagnostic d’anxiété ou de troubles du sommeil a été signalé par 33,4% des répondants de plus de 18 ans. de l’âge. Parmi les adolescents, 10,4 % ont déclaré un diagnostic médical de dépression et 20,1 % d’anxiété.

Vous pourriez également aimer...