Le Brésil

Les entités créent des outils pour aider les femmes handicapées à signaler la violence domestique

São Paulo – Le Fonds des Nations Unies pour la population montre que les femmes handicapées sont trois fois plus susceptibles de subir des violences. Pour aider à lutter contre ce type d’agression, l’ONG Cria Brasil, avec le soutien de la Fondation Heinrich Boll Brasil et l’aide du Coletivo Feminista Helen Keller, a développé des recherches et divers contenus de communication.

Selon l’enquête, la violence domestique touche les femmes sans distinction. Malgré cela, certaines sont plus exposées que d’autres, comme dans le cas des femmes handicapées, qui sont plus vulnérables dans ces situations, que ce soit en raison de la difficulté d’obtenir des informations, des signalements, ou des enjeux imposés par leurs propres organes.

Avec un contenu accessible, le projet traite de la violence domestique du point de vue des femmes handicapées. Anna Carla Ferreira, de l’ONG Cria Brasil, rapporte que seulement 27% des femmes qui ont répondu à l’enquête ont déclaré n’avoir jamais subi ou subi de violence. « Un autre résultat qui attire l’attention concerne le réseau de protection des femmes, on voit que ça ne marche pas. Les gens se rendent au poste de police, car ils ne connaissent souvent pas le numéro 180, et il n’y a pas de service. Si c’est une femme qui a besoin de kilos, il n’y a pas d’interprète au commissariat », a expliqué Adriana Maria, de la TVT.

Les contenus créés par les entités apportent des cartes virtuelles à partager, des podcasts et des vidéos accessibles à ces femmes. De plus, un mini-document présentant les détails de la recherche a également été publié. D’après les réponses des personnes interrogées : 51 % ont déclaré avoir déjà vu leur handicap utilisé comme un moyen d’être inférieur ; 52 % ont été victimes d’agressions verbales et 37 % ont été agressées physiquement. Un autre 35% a eu son corps touché sans consentement.

Réclamation et accessibilité

À la fin du questionnaire, les femmes ont répondu aux questions concernant la protection et la gestion des violences domestiques et intrafamiliales. Parmi les réponses, l’enquête a mis en évidence un discours sur les espaces de protection pour les femmes qui manquent de connaissances et de savoir faire face aux carences de leur diversité. « Nous avons rencontré des barrières physiques, comportementales et communicationnelles. Il existe des croyances ancrées dans des modèles caritatifs, un attachement au modèle biomédical et une tendance à aborder les réalités des femmes handicapées sans tenir compte des éléments psychosociaux et culturels, par exemple. Bref, nos voix ne reçoivent guère une écoute éthique, une réception qui nous permette d’accéder efficacement à nos droits et à notre dignité.

Selon Cristina Kenne, membre du collectif Helen Keller, connaître la réalité dans laquelle vivent ces femmes handicapées est d’une importance primordiale. « La construction de cette recherche a impliqué tous les aspects d’accessibilité, d’attitude et de communication. La proposition est que les informations contenues dans ce matériel puissent être utilisées comme intrants pour la construction d’une politique d’accueil et d’accueil pour éradiquer ce problème », a-t-il déclaré à TVT.

Vous pourriez également aimer...