Le Venezuela

Les femmes: un exemple de lutte, de persévérance et de force

Les religions, les lois, les philosophies, les cultures et un lourd fardeau historique font partie de l’univers auquel sont confrontées les femmes qui luttent pour construire une véritable société d’égal à égal, dans un monde où le patriarcat a dominé pendant des siècles, voire des millénaires.

«Quiconque connaît un peu l’histoire sait que le progrès serait impossible sans la figure féminine», aurait dit le père du matérialisme historique, l’Allemand Karl Marx, phrase qui sert à comprendre l’obscurité historiographique dans laquelle le rôle de la femme en société.

Malgré cette vérité évidente révélée par le philosophe il y a près de 200 ans, les femmes continuent de lutter pour sortir de l’obscurité dans laquelle elles sont maintenues par le système patriarcal dominant qui a cédé à certains égards, non en comprenant cette réalité objective, mais par la pression que les femmes ont exercée au cours des deux derniers siècles.

« Pendant la plus grande partie de l’histoire, ‘Anonymous’ était une femme », a été la plainte de l’écrivain et combattante britannique pour les droits des femmes, Virginia Woolf, mère du modernisme qui, dans des phrases comme « Une femme doit avoir de l’argent et une chambre à elle si elle veut écrire de la fiction », elle a fait allusion au besoin d’indépendance financière des femmes dans son essai« Une pièce à elle », qui a été remis en question et critiqué, mais pas réduit au silence.

Le coup de la pauvreté

Selon les chiffres d’ONU Femmes, la pauvreté frappe le plus les femmes / UN Women Photo

Actuellement, selon le rapport présenté par ONU Femmes qui analyse les progrès des 17 objectifs de développement durable dans 89 pays, il a montré que 4,4 millions de femmes de plus vivent dans l’extrême pauvreté par rapport aux hommes.

Il souligne également que par rapport aux hommes, les femmes âgées de 25 à 44 ans sont 25% plus susceptibles d’être pauvres et 11% plus susceptibles de ne pas avoir de nourriture.

En raison de ces conditions, environ 15 millions de filles d’âge scolaire n’auront jamais la possibilité d’apprendre à lire ou à écrire à l’école primaire, contre 10 millions de garçons.

Ces conditions sont plus profondes en Amérique latine, où l’on estime que 132 femmes vivent dans l’extrême pauvreté pour 100 hommes.

Inégalité réduite au silence

En plus des conditions imposées par une société où règne l’inégalité sociale, pour les femmes c’est un plus grand produit des lois et des entraves de la sous-estimation patriarcale qui est maintenue dans certaines nations, même dans ces soi-disant premier monde.

Un exemple de ceci est que dans le monde entier, les femmes gagnent à peine 77 cents pour chaque dollar qu’un homme gagne et malgré les quelques réalisations obtenues à la suite des luttes des mouvements féministes dans le monde, on estime qu’au taux de réduction Aujourd’hui, il faudra 70 ans pour parvenir à l’égalité de rémunération.

L’inégalité salariale et la limitation des postes font partie des affronts que les femmes cherchent à réduire

Selon ONU Femmes, l’écart de rémunération entre les sexes dans le monde est de 23% et le taux d’emploi de 63%, tandis que celui des hommes est de 94%, ce qui montre que le taux de chômage, qui selon les chiffres de la Banque mondiale, touche plus de 3000 millions de personnes dans le monde, dont la grande majorité est composée de femmes avec un chiffre proche de 2 400 millions de chômeurs.

En plus de cela, les femmes effectuent au moins 2,5 fois plus de travaux ménagers et de soins non rémunérés que les hommes, des actions qui vont du nettoyage et de la cuisine à la collecte de l’eau et du bois de chauffage ou aux soins des nourrissons et des personnes âgées, et malgré ce que l’on peut croire, c’est ont calculé que le travail non rémunéré et l’emploi des ménages atteignent une valeur équivalente entre 10% et 39% du produit intérieur brut, ce qui représente une plus grande contribution à l’économie que l’industrie, le commerce ou le secteur des transports.

La violence incessante

L’arrivée de la pandémie de covid-19 a signifié une augmentation de ces chiffres, en mettant davantage l’accent sur ceux où la violence à la maison est également enregistrée, une faiblesse qui a eu une augmentation de 40% dans les rapports d’attaques.

Auparavant, dans le monde, 1 femme sur 3 avait subi des violences physiques ou sexuelles, principalement de la part d’un partenaire sentimental, alors que dans le monde en 2017, dans près de trois cas de femmes assassinées sur cinq, l’auteur était leur partenaire. Sentimental ou membre de sa famille.

En reconnaissance de ce fait, actuellement 3/4 des pays dans le monde ont promu des lois visant à protéger les femmes qui doivent également faire face à d’autres dangers tels que la violence sexuelle et le harcèlement, comme le montrent les chiffres d’ONU Femmes où elles se trouvent. environ 15 millions d’adolescentes (âgées de 15 à 19 ans) dans le monde ont subi des relations sexuelles forcées à un moment de leur vie, tandis qu’entre 45% et 55% des femmes ont été victimes d’intimidation depuis l’âge de 15 ans.

Covid-19: élargissement des écarts

Outre l’augmentation de la violence à l’égard des femmes au milieu de la nouvelle pandémie de coronavirus, les conséquences qui dans l’économie et l’éducation ont également eu un impact plus important sur les femmes.

Actuellement, 89% de la population étudiante (1 520 millions) dans le monde ne reçoit pas de cours en présentiel en raison des fermetures provoquées par l’enfermement et des mesures de distanciation physique pour éviter la contagion de ces 743 millions de filles.

Les 50% de la population mondiale qui n’ont pas accès à Internet, la majorité sont des femmes

Cette situation est aggravée lorsqu’il s’agit de jeunes qui ne travaillent pas, étudient ou ne reçoivent aucune formation, puisque 2 femmes le sont dans tous les trois cas, ce qui signifie que sur les 267 millions de personnes dans cette situation, 178 millions sont des femmes.

De même, selon les études menées par ONU Femmes sur les 50% de la population mondiale qui n’ont pas accès à Internet, la majorité sont des femmes, ajoutant un autre facteur aggravant dans un monde en pandémie qui a fait du cyberespace un outil pour divers travail, activités éducatives et de formation et divertissement.

Un autre élément qui affecte le produit des mesures de confinement est le chômage dans le secteur des personnes engagées dans le travail domestique, qui dans le cas de l’Amérique latine et des Caraïbes représente entre 11 et 18 millions de personnes, dont 93% de femmes. Ces personnes éprouvent actuellement des difficultés à assurer un revenu suffisant pour leurs besoins de base.

La politique est-elle une affaire d’homme?

Cette question pourrait être considérée comme une réalité si les chiffres qui montrent la prévalence du machisme au sein des structures politiques dans le monde sont pris en compte, puisque seuls 22 pays ont des chefs d’État ou de gouvernement et 119 pays n’ont jamais été présidés par des femmes.

Malgré une augmentation de la participation, ONU Femmes prévient que si ce taux d’incorporation lente se poursuit, il faudra 130 ans avant d’atteindre une présence égale.

Une autre donnée est que seulement 21% de ceux qui ont occupé des ministères sont des femmes et que dans seulement 14 pays, les cabinets gouvernementaux ont atteint 50% ou plus de la représentation des femmes, de sorte qu’ils estiment qu’au taux de croissance de la participation, qui est de 0,52 %, il faudra attendre 2077 pour que les fonds propres soient atteints.

Dans la vie parlementaire, bien que loin de l’égalité souhaitée, ces chiffres enregistrent des chiffres plus élevés que dans l’exécutif. Ainsi, actuellement, 25% des sièges parlementaires nationaux sont occupés par des femmes, un pourcentage qui a considérablement augmenté par rapport aux 11% enregistrés en 1995.

Les pays qui affichent la plus grande progression sur ces chiffres sont le Rwanda où 61% des parlementaires sont des femmes, Cuba et la Bolivie avec 53% et les Émirats arabes unis avec 50%.

Les données de 133 pays montrent que les femmes constituent 2,18 millions (36%) des membres des organes délibérants locaux. Seuls deux pays ont atteint 50% et dans 18 autres pays, plus de 40% des fonctionnaires locaux sont des femmes.

Que se passe-t-il au Venezuela?

Récemment, le Ministre de la femme et de l’égalité des sexes a assuré que le Venezuela était à l’avant-garde de la construction de l’égalité et de l’équité entre les hommes et les femmes.

La loi organique sur le droit des femmes à une vie exempte de violence et de leur corps, est sans aucun doute un instrument juridique sans égal en Amérique latine ou dans le monde, mais comme le pays le fait dans d’autres données.

Au Venezuela, les femmes sont à l’avant-garde de la lutte et de l’organisation sociale

Éducation. Le taux d’alphabétisation des femmes au Venezuela dépasse 97,21% selon les données de l’Unesco et en ce qui concerne les études universitaires, les femmes occupent 55% des inscriptions.

Science. Dans le monde, la participation moyenne des femmes dans les domaines de la recherche scientifique est de 33%, un chiffre dépassé par le Venezuela où la parité entre les hommes et les femmes a été atteinte, des chiffres qui la placent parmi les 10 nations qui ont atteint cette égalité.

Gouvernement et parlement. Sur les 33 ministères existants, 9 sont occupés par des femmes, ce qui représente 27%, un pourcentage qui, bien que loin de la parité, est supérieur à la moyenne mondiale, tandis qu’au parlement, 41% des sièges sont occupés par des femmes. De même, garantir la parité en termes de participation là où le corps électoral a agi pour promouvoir cette égalité qui a été obtenue lors des élections au conseil municipal où le Manuel des candidatures pour la parité et la composition alternée a été appliqué.

Économie. Au Venezuela, le taux d’emploi n’enregistre pas une répartition inégale, puisque seulement 6,6% de la population active est inactive, un chiffre légèrement supérieur à celui des hommes qui s’établit à 6,2%. La disparité salariale n’existe pas parce qu’au Venezuela, le gouvernement établit un salaire minimum national qui ne fait pas de distinction.

Leadership social. L’un des phénomènes pertinents au Venezuela est le leadership écrasant des femmes dans les mouvements et organisations sociaux, comme en témoigne le fait que 80% des conseils communautaires et des comités locaux de l’alimentation et de la production (Clap) sont dirigés par des femmes.

La femme: un être inflexible

« Le féminisme est une façon de vivre individuellement et de se battre collectivement. » Cette phrase de la philosophe et écrivaine française Simone de Beauvoir, décrit la réalité d’un monde où l’inégalité et l’exclusion des femmes sont devenues une cause commune qui les unit indépendamment de leur nationalité, origine, position économique ou couleur de peau.

Malgré la faible participation encore enregistrée dans le monde, ces chiffres ne sont pas la conséquence de la concession de la société mais le produit de siècles de lutte, où la persévérance, l’organisation, la conscience et la force qui caractérisent les femmes le processus de la nécessaire transformation d’une société inégale, fait qui démontre, comme l’a déjà dit le jeune poète espagnol Aitor Cuervo Taboada, que c’est Pretty Woman qui se bat.

« La jolie femme est celle qui se bat et ne se tait pas,
ses idées la rendent belle et non ses seins,
belle est celle qui combat après bataille
il ne se lasse pas de lutter pour ses droits.

Linda est celle proclamée en rébellion,
celui qui préfère mourir que de se faire marcher dessus,
jolie est la femme qui fait de la poésie
transformer la routine en barricade.

Jolie est celle qui brise les chaînes,
celui qui n’a jamais été apprivoisé,
celui qui avant d’être envahi de chagrins
elle combat ceux qui veulent l’humilier.

Jolie et jolie, elle est toute guérilla
tirer des mots ou des fusils,
ceux qui sortent leurs griffes de bête
Avant de ressembler à des dames serviles

La beauté est dans l’insubordination,
en résistant quoi qu’il arrive,
sans les femmes il n’y aurait pas de révolution,
belle est celle qui se bat pour sa classe. « 

Vous pourriez également aimer...