Le Brésil

Les grèves de courte durée et pour les droits ont prédominé au Brésil en 2021

São Paulo – Les grèves menées au Brésil en 2021 – analysées par Dieese – avaient parmi les principales caractéristiques la courte durée et le caractère défensif, c’est-à-dire pour la défense des droits. Plus d’un tiers des arrêts de travail étaient par exemple dus à des retards dans le paiement des salaires et des congés, selon un bilan publié ce lundi (4).

L’institut a enregistré 721 pannes l’an dernier, dont près des deux tiers (65%) dans le secteur privé. La majorité (56 %) s’est terminée le même jour, alors que seulement 13 % ont duré plus de 10 jours. Les grèves dites d’avertissement correspondaient à 38 % du total. Celles à durée indéterminée sont plus fréquentes : 60 %.

réajustement salarial

Ainsi, les grèves à visée défensive totalisaient 88 % du total, avec un équilibre entre maintien et non-respect des droits. Les plus fréquents demandent la régularisation du salaire et des congés payés (35%). Les grèves propositionnelles, dues à l’élargissement des droits, étaient de 33 %. « La revendication de revalorisations salariales était présente dans 28 % des grèves ; et les demandes liées à l’alimentation (mise en place, réajustement ou régularisation des bons/panier de base), dans 26% », informe également Dieese.

Sur les 196 pannes dans le secteur public, 129 (66%) étaient au niveau municipal, 59 (30%) étaient étatiques et six (3%) étaient fédérales, avec deux autres à plus d’un niveau. Plus de la moitié (58 %) ont également pris fin le même jour et 16 % ont dépassé la durée de 10 jours. Près des deux tiers (62 %) mettaient en garde. Et 78% avaient un caractère défensif. Il y a eu 53 grèves dans les entreprises publiques, 33 dans le secteur des services et 20 dans le secteur industriel, avec une plus grande prédominance de questions « politiques ».

Secteur privé

Dans le secteur privé, sur les 468 grèves suivies par Dieese, 81 % se situent dans le domaine des services et 19 % dans l’industrie. Comme dans le secteur public, la majorité (55 %) n’a duré qu’une journée, tandis que 10 % ont duré plus de 10 jours.

Selon l’institut, 70% étaient à durée indéterminée, 83% étaient par entreprise (ou unité) et 92% avaient un caractère défensif.

Transport et fonctionnalisme

Au premier semestre 2021, la plupart des arrêts étaient associés à des travailleurs des transports publics urbains. Au second semestre, le fait marquant a été la mobilisation des fonctionnaires.

« La demande de paiement des arriérés de salaires – la principale entre janvier et avril – a été relativisée, mais a occupé une deuxième place importante, de juillet à décembre », précise Dieese. « Les réclamations liées à la sécurité contre la contamination par le nouveau coronavirus, venue occuper la place prépondérante en mai – en pleine épidémie de Covid-19 – ont progressivement quitté l’agenda de la grève, jusqu’à se stabiliser, sur toute la période de la deuxième mi-temps, un troisième lointain. La revendication du paiement des ajustements salariaux, partant d’un niveau bas, est devenue, en mai, la deuxième revendication la plus fréquente et, à partir de juin, elle a repris sa place habituelle de proéminence dans les revendications des grèves ouvrières.

Découvrez l’étude complète.

Vous pourriez également aimer...