Le Brésil

Les mères célibataires souffrent du manque d’aide d’urgence

São Paulo – Le 10 juillet dernier, alors que le président de la République, Jair Bolsonaro, participait à une « moto » à Porto Alegre, – comme elle appelle ses tournées à moto avec des supporters –, la directrice des relations institutionnelles de Rede Brasileira de Renda Basic, Paola Loureiro Carvalho, a vu de près les problèmes rencontrés par les mères célibataires avec le manque d’aide d’urgence.

Travailleuse sociale et spécialiste de la gestion des politiques publiques du point de vue du genre et de la promotion de l’égalité raciale, Paola a participé à une Drive-thru solidarité, promue par des organisations de la société civile, des syndicats et des partis politiques pour collecter de la nourriture pour les communautés de la région, lorsqu’il a appris l’histoire de Bruna Vitória de Marques.

Mère de deux enfants et au chômage depuis le début de la pandémie l’an dernier, Bruna cherchait de la nourriture après avoir perdu une vente de confiseries dans la région. Sans nourriture à la maison et un avis d’expulsion pour les deux prochains jours, elle a reconnu Paola des réseaux sociaux pour son travail en aidant les familles à accéder à l’aide d’urgence et a demandé de l’aide. À ce moment-là, comme l’a rapporté le réalisateur, Bruna avait déjà obtenu le droit à une aide d’urgence en justice. Mais près de 13 mois après la décision, aucune partie de la prestation n’était encore sur son compte.

Le réseau brésilien de revenu de base, qui fait partie de la campagne qui réclame une aide d’urgence jusqu’à la fin de la pandémie, a réussi à faire débloquer l’aide à Bruna la même semaine. Et, tout au long de son histoire, elle a lancé une campagne sur les réseaux sociaux à la recherche d’autres femmes dans la même situation. Dans quelques jours, comme le décrit Paola dans une interview avec Marilu Cabañas, sur Journal actuel du Brésil, plus de 1 100 histoires similaires ont été soulevées. Ils font désormais partie d’une plainte qui sera adressée ce mardi (20), par courrier, au ministère de la Citoyenneté.

La plainte contre le gouvernement

«Malheureusement, Bruna, comme tant d’autres mères, même si elle a gagné au tribunal, elle n’a pas pu faire entrer cet avantage sur son compte», dit Paola. « Et aujourd’hui, nous envoyons cette liste de mères célibataires par lettre officielle au ministère de la Citoyenneté, avec copie au Défenseur public de l’Union, au Conseil national de la justice et au ministère public. Nous demandons aussi un agenda avec les femmes du Congrès national qui se sont battues pour ce double bénéfice pour les femmes mères célibataires afin qu’elles nous aident aussi à revendiquer une position du gouvernement. Il est absurde de laisser les mères célibataires, seules chargées de faire vivre ces familles, sans bénéfice au milieu d’une pandémie qui n’est pas terminée », conteste-t-elle.

Dans la première phase du programme, l’aide d’urgence a été fixée à 600 R$, soit le triple de la proposition initiale du gouvernement fédéral. À l’époque, les législateurs ont réussi à doubler le montant pour les familles dirigées par des femmes. Un an après le début de la pandémie, au milieu de la soi-disant deuxième vague de covid-19, le gouvernement a réduit les montants de l’aide d’urgence. Avec la nouvelle conception, la prestation versée aux mères célibataires est tombée à 375 R$, mais les problèmes antérieurs subsistaient.

autres cas

O Journal actuel du Brésil il s’est également entretenu avec Amanda Francisco Moreira Miranda, une mère de trois enfants qui a perdu son emploi au milieu de la crise sanitaire. Habitante de Senador Canedo, dans la région métropolitaine de Goiânia, elle a dû saisir la justice à trois reprises, via la DPU, pour avoir accès à l’aide.

« Je suis au chômage depuis mars de l’année dernière. J’ai tous les justificatifs, la carte de travail n’est pas signée, j’ai le cachet de la mairie où je travaillais. Mais ils me prétendent que je suis fonctionnaire, donc je n’ai pas d’aide. J’ai appelé les tribunaux, j’ai réussi à obtenir les cinq premiers versements et le juge a déjà déterminé qu’en décembre ils paieraient les cinq autres versements et les prolongations », décrit-il. « J’ai dû retourner au tribunal pour recevoir les prolongations. Maintenant, j’ai rallumé le DPU pour voir si je peux obtenir l’aide 2021, car c’est de la même manière que je travaille. C’est trop triste et humiliant de devoir vivre des paniers de nourriture des autres, un collègue aide, un autre apporte du lait. C’est dur de voir des enfants demander des choses et ne pas pouvoir les acheter », déplore la maman.

Le gouvernement revendique un « problème » dans les données sur l’aide d’urgence

Selon le réalisateur, la situation d’Amanda montre que le gouvernement Bolsonaro « ne reconnaît pas les effets de la pandémie elle-même ». « Nous le dénonçons. Le gouvernement le justifie comme un problème dans la base de données. C’est toujours un problème dans le système, mais le gouvernement ne fait pas un gros effort pour le résoudre. Parce qu’à partir du moment où Amanda a présenté les documents, on a déjà vu qu’elle n’est pas fonctionnaire, il n’y a aucun moyen pour le système de répondre la même chose car elle a déjà payé les cinq acomptes, reconnaissant qu’elle n’est plus une fonctionnaire d’Etat. Il n’y a aucune justification à s’insérer dans une telle situation », souligne Paola.

Le manque d’accès devient encore plus grave, selon le spécialiste, dans les endroits où il n’y a pas de Défenseur public. « Parce que ce n’est pas dans toutes les villes, il y a donc beaucoup de mères qui ont besoin d’une aide d’urgence et qui n’ont même pas accès à une justice gratuite. Par conséquent, le gouvernement commet un crime contre des personnes qui vivent dans une situation sociale et économique très grave. Le gouvernement répète la même analyse erronée que l’an dernier », prévient-il.

Découvrez l’entretien

Rédaction : Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...