Le Brésil

Les mouvements conduisent Lula à des propositions pour vaincre le bolsonarisme et reconstruire le pays

São Paulo – Des représentants de dizaines de mouvements populaires rencontrent l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva ce vendredi (27) à São Paulo. Lors de la réunion, ils remettront un document contenant des propositions faites par la société civile pour surmonter la crise et reconstruire le Brésil. Les propositions étaient réparties en 10 axes thématiques, allant de la réduction des inégalités sociales et économiques aux relations internationales, en passant par l’emploi, la sécurité, l’environnement et la démocratie.

Au total, 90 organisations signent le document. Ce sont des associations, des confédérations, des conseils, des instituts et des mouvements qui représentent les travailleurs ruraux et urbains, les femmes, la population noire, les personnes LGBTQIA+, les religieux et autres.

Parmi eux figurent l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (APIB) ; Association brésilienne des ONG (Abong) ; le Centre des mouvements populaires (CMP) ; le Centre d’études bibliques (Cebi) ; les Comités de solidarité islamique (CIS), l’Institut d’études socio-économiques (Inesc) ; le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) et le Mouvement des travailleurs sans abri (MTST).

Les mouvements populaires soulignent que les élections présidentielles de cette année sont une « opportunité historique » pour changer le cours du pays, en battant le président Jair Bolsonaro (PL) et le bolsonarismo. En effet, parmi plusieurs raisons, le président actuel et ses partisans représentent « des idées réactionnaires et anti-populaires ». De plus, ils font de la politique de manière « autoritaire », basée sur le mensonge et la désinformation. De même, il est essentiel de vaincre le projet néolibéral et de garantir un gouvernement qui réponde aux revendications populaires. En ce sens, les mouvements réaffirment que la pré-candidature de Lula exprime cette volonté de changement, en plus de défendre les drapeaux de tous ces groupes.

Emploi et lutte contre les inégalités

Pour réduire les inégalités, les mouvements prônent une « réforme fiscale progressive », avec des baisses d’impôts pour les plus pauvres et des augmentations pour les riches. Ils exigent également l’abrogation du plafond des dépenses, qui a gelé les investissements sociaux. Et ils défendent la création d’un programme de « revenu de base citoyen », en plus d’une politique de lutte contre la faim dans le pays.

Pour créer des emplois, les suggestions incluent la reprise des investissements publics, ainsi que le sauvetage de la politique de valorisation du salaire minimum. Ils appellent également à l’abrogation des « réformes » du travail et de la sécurité sociale, qui ont rendu le travail précaire et réduit considérablement les droits.

Politiques sociales et renforcement de l’Etat

L’expansion des dépenses de santé et un plan de reconstruction de l’éducation sont également inclus dans le document. Autre proposition à faire à Lula par les mouvements sociaux, la reprise du caractère public des entreprises publiques, avec l’abrogation des privatisations récentes ou en cours. L’idée est de garantir des prix abordables sur les produits et services essentiels tels que l’essence, le gaz de cuisine, les médicaments et l’électricité.

Ainsi, il existe également des propositions pour des villes plus inclusives, avec des investissements accrus dans l’assainissement de base, la mobilité urbaine et le logement. Par ailleurs, les mouvements défendent aussi la « démilitarisation » de la sécurité publique et misent sur la désincarcération et une « nouvelle politique des drogues ».

Pour l’environnement, « zéro déforestation » et l’élargissement de la démarcation des terres indigènes et quilombolas, entre autres actions. Dans les campagnes, en revanche, les mouvements veulent une réforme agraire qui combatte les grands domaines, garantissant l’accès à la terre et développant la production d’aliments sains.

En outre, ils exigent également l’égalité pour les femmes et des politiques de lutte contre le racisme, le sexisme et la LGBTIphobie. Enfin, ils proposent la réorientation de la politique étrangère, avec la reprise des relations « Sud-Sud » avec les pays en développement, en plus de l’approfondissement des liens de coopération avec le continent africain.


Découvrez les propositions complètes des mouvements livrés à Lula

Vous pourriez également aimer...