Le Brésil

Les personnes handicapées restent discréditées pour le marché du travail – Jornal da USP

Malgré les lois d’inclusion, les travailleurs handicapés rencontrent des difficultés dans leur pratique professionnelle. Le manque de connaissances commerciales peut expliquer une partie du problème

Photo: Clément Theriez – Pixabay

Le potentiel de travail des personnes handicapées est sous-utilisé au Brésil, qui ne respecte pas la volonté légale d’embaucher ces travailleurs. L’évaluation est Luciana Romano Morilas, avocat et enseignant à École d’économie, d’administration et de comptabilité Ribeirão Preto (FEA-RP) à l’USP.

Luciana a commenté les résultats de l’enquête du Secrétariat d’État de São Paulo aux droits des personnes handicapées, menée entre décembre 2020 et janvier 2021, montrant que 65% d’entre eux ont connu de graves difficultés lors de leur entrée sur le marché du travail, y compris le discrédit professionnel.

Persévérance et courage

Marlène Taveira Cintra – Photo: Adevirp

C’est le cas de l’enseignante et présidente de l’Association des malvoyants de Ribeirão Preto et de la région (Adevirp), Marlene Taveira Cintra, qui dit avoir fait face à de nombreux obstacles lorsqu’elle est devenue la première enseignante aveugle à travailler dans le système scolaire public en Ribeirão Preto. Marlene dit qu’elle a subi le discrédit au début de ses activités dans la profession enseignante de la ville, qui n’a été surmontée que par la persévérance et le courage.

Pour le professeur de l’USP, même garanti par la loi, il reste encore beaucoup à faire pour les droits des personnes handicapées. Selon Luciana, la protection juridique n’atteint pas tous ces travailleurs et souffre toujours d’un manque de supervision; à cela s’ajoute le manque de sensibilisation des hommes d’affaires à l’importance de l’inclusion sociale, et le résultat est une réalité qui persiste, malgré le fait que le pays dispose d’une législation sur l’employabilité des personnes handicapées depuis plus de 30 ans.

Législation

La loi sur les quotas pour les handicapés 8 213/1991, par exemple, oblige les entreprises de 100 salariés ou plus à employer entre 2% et 5% de ces travailleurs. Cependant, dit Luciana, «Pour ne pas embaucher, les entreprises font état d’un manque d’accessibilité, d’une faible qualification des professionnels en situation de handicap, de la difficulté à créer des postes vacants exclusifs et de la résistance des managers».

Cette résistance peut être fondée sur le manque de connaissances des entrepreneurs sur les facilités d’adaptation du lieu et des outils de travail pour les personnes handicapées. L’éducatrice Guilherme Sandrin Parizi, malvoyante et salariée de l’Adevirp, ajoute que le sentiment d’entrer sur le marché du travail est très bénéfique pour le salarié et peut aussi être bon pour l’employeur. Parizi estime que les entrepreneurs échouent à embaucher parce qu’ils ignorent les installations et les faibles investissements de l’entreprise dans les adaptations. Parfois, il suffit de simplement «mettre un lecteur d’écran gratuit sur l’ordinateur de la personne», illustre-t-il.

Par: Léia Coelho et Rita Stella

Vous pourriez également aimer...