Le Brésil

les personnes infectées au début de la pandémie signalent toujours la perte de l’odorat – #Jornal da USP

Les variantes delta et alpha sont celles qui ont le plus causé ce type de séquelle dont parle Mayana Zatz

par Fabiana Mariz

Une enquête menée aux États-Unis auprès de plus de 600 000 personnes apporte de bonnes et de mauvaises nouvelles : 50 % des individus américains qui ont eu le covid-19 et qui ont été infectés par la variante originale, alpha, ont déclaré avoir encore une déficience olfactive. Cette proportion chute à 44 % avec la variante delta, et seulement à 17 % avec l’omicron.

D’autre part, l’étude a montré qu’un groupe important de personnes qui ont été infectées au début de la pandémie présentent toujours une déficience olfactive.

Dans Décoder l’ADN aujourd’hui (23) Mayana Zatz, directrice du Centre d’études sur le génome humain et les cellules souches (CEGH-CEL) à l’USP, apporte d’autres études – achevées et en cours – qui étudient les mécanismes responsables de la perte olfactive chez les patients infectés par le nouveau coronavirus.

« Comme la perte de l’odorat n’est pas un symptôme grave, les recherches avancent à un rythme plus lent », explique le généticien. « Si l’on pense, en revanche, que plus de 500 millions de personnes ont eu le Covid-19 et que des dizaines de millions ont encore des problèmes olfactifs, cela semble être une chose mineure. Mais ne pas ressentir le goût d’un aliment, l’odeur d’un parfum ou de fleurs, peut avoir un impact émotionnel », conclut-il.


Décoder l’ADN
La colonne Décoder l’ADNavec le professeur Mayana Zatz, est diffusé tous les quinze jours tous les mercredis à 10h50, sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP .

.

Vous pourriez également aimer...