Le Brésil

Les pétroliers du nord de Rio de Janeiro entament une grève pour empêcher le Covid-19

Brasil de Fato – Depuis l’aube de ce mardi (4), les pétroliers du bassin de Campos, au nord de l’état de Rio de Janeiro, sont en grève indéfiniment. Selon le North Fluminense Oil Workers Union (Sindipetro-NF), la manifestation a été organisée en réponse au refus de Petrobras de se conformer aux conditions minimales de préservation de la santé des travailleurs, face à la pandémie de covid-19.

La résolution de grève a été prise dans l’après-midi de lundi dernier (3), après une déclaration envoyée à Petrobras vendredi dernier (30), et est valable pour tous les travailleurs propres et externalisés.

Selon Sindipetro-NF, la direction actuelle de l’entreprise publique refuse de divulguer de manière transparente des informations sur les cas de covid-19 parmi les travailleurs. Il n’a pas non plus adopté les protocoles de santé dans les unités de travail, recommandés par le ministère public du Travail (MPT) et la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz).

De plus, le syndicat dénonce que l’entreprise a opté pour la continuité de la production, même des activités non essentielles, dans des conditions dangereuses avec la mise en place d’un horaire de travail qui dépasse 14 jours d’expédition.


Les travailleurs du pétrole mettent fin à la grève à Repar après un accord négocié par le MPT


«La grève est une réponse à la négligence de Petrobras dans la prévention du covid-19 dans ses installations, exposant ses propres travailleurs et ceux sous-traités à un très haut niveau de risque de contamination. Sindipetro-NF évalue que les comportements de la direction de Petrobras et Transpetro sont des prolongements de la réflexion du gouvernement Bolsonaro sur la pandémie, le négationnisme et l’indifférence par rapport à la préservation de la vie », a souligné le syndicat dans une note.

Pour cette grève, les pétroliers ont établi le respect effectif du barème des 14 jours à bord des unités maritimes. Cependant, dans les unités avec une épidémie de covid, les travailleurs ne monteront pas à bord. À Cabiúnas, le terminal Transpetro situé à Macaé, les travaux ne seront pas terminés au-delà du quart de 12 heures.

Recherché par Brasil de Fato, Les consultants de Petrobras ont répondu que l’entreprise «se soucie de l’intégrité de ses employés et met tout en œuvre pour préserver la sécurité de ses employés. Petrobras réfute l’accusation de non-respect des lois ou directives sanitaires. Toutes les actions de l’entreprise sont basées sur des preuves scientifiques et des déterminations des autorités sanitaires », a-t-il déclaré dans une note.

Communiqué dans son intégralité:

Il n’y a aucune information indiquant qu’il y a des flambées de cas de covid sur plusieurs plates-formes Petrobras. La société a un protocole préventif strict dans les unités offshore et agit rapidement chaque fois qu’un employé signale des symptômes à bord, en organisant le débarquement de cet employé avant toute confirmation de Covid-19, ainsi que tous ceux qui ont eu des contacts étroits avec lui.

C’est pourquoi il est important de préciser que seuls les débarquements ne caractérisent pas une épidémie, puisque le débarquement des cas suspects et de leurs contacts est une mesure préventive et qu’après des tests à terre, la plupart des cas suspects de contamination ne sont pas confirmés. Au cours de la dernière semaine, seulement 10% des cas reçus ont eu un résultat positif.

Le protocole de prévention de Petrobras pour les unités offshore implique des tests de quarantaine et de RT-PCR avant expédition; échelle spéciale pour réduire le chiffre d’affaires et le risque de contagion; réduction du personnel en face à face; utilisation obligatoire de masques; renforcement de l’hygiène et du détachement; sensibilisation aux soins individuels à l’intérieur et à l’extérieur de l’environnement de travail, entre autres mesures.

Réduction des expéditions

S’agissant de l’échelle temporaire des unités offshore, elle a été adoptée par l’entreprise de manière exceptionnelle pour renforcer les mesures préventives visant la santé et la sécurité de ses salariés à l’heure de l’aggravation de la pandémie. Sa mise en œuvre, associée à d’autres mesures, permet une réduction significative des embarquements et débarquements et des déplacements individuels (de 33% à 47%), réduisant les flux de personnes et favorisant la distance préconisée par les agences de santé et de surveillance sanitaire. Cet arrêt temporaire offre un cycle de 105 jours, période au cours de laquelle au lieu de 3 fois le salarié n’embarquera que 2.

Il ne procède pas en affirmant que la balance n’est pas conforme à la norme collective. Au contraire, il observe strictement le rapport travail / repos établi dans la convention collective du travail en vigueur et représente une mesure préventive importante dans la situation sanitaire actuelle.

Concernant la fourniture de masques, Petrobras précise que les masques actuellement fournis aux salariés de l’entreprise en présence agissent dans le respect des règles et recommandations des autorités sanitaires brésiliennes. Afin de renforcer la prévention, Petrobras a commencé, dans certaines unités, la fourniture de masques de type PFF-2, qui seront progressivement adoptés par l’entreprise pour tous les employés des unités offshore. Il sera également adopté dans les unités opérationnelles à terre en cas d’augmentation temporaire des effectifs fixes de l’unité.

L’adoption des masques PFF-2 à Petrobras, dans les situations prévues, est une action de renforcement de la prévention qui va au-delà de la prédiction normative, soigneusement planifiée pour ne pas provoquer de déséquilibre dans la disponibilité du marché pour les établissements et services de santé.

Vous pourriez également aimer...