Les promesses du Brésil sur la conservation des forêts à la COP26 divergent de la position actuelle – Jornal da USP

Pour Pedro Luiz Côrtes, il faut vérifier si les intentions sortiront effectivement du papier, car il faut une volonté politique

Cortes attire l’attention sur le bilan négatif du gouvernement actuel sur les questions environnementales Art: Moisés Dorado

La première semaine de la COP26 (Conférence des Nations Unies sur le changement climatique), qui a débuté le 31 du mois dernier, à Glasgow, en Écosse, a connu des déclarations du gouvernement brésilien qui allaient à l’encontre de la position prise jusqu’à présent. Parmi les engagements pris figurent la conservation des forêts et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le changement de discours laisse planer des doutes sur l’accomplissement réel des promesses. Pedro Luiz Côrtes, professeur à l’École des communications et des arts (ECA) et au programme d’études supérieures en sciences de l’environnement à l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IE), s’adressant à Journal USP sur l’air 1ère édition, souligne qu’« il faut vérifier si les intentions vont effectivement sortir du papier ».

+ Plus

Publié: 11/05/2021

Cortes attire l’attention sur le bilan négatif du gouvernement actuel en matière d’environnement. En 2020, le Brésil a enregistré une augmentation de 9,5% des émissions de gaz à effet de serre, contre une réduction mondiale de 6,7%. Un autre taux qui ne montre pas d’amélioration significative est la déforestation. En comparant les données 2020 et 2021 pour les périodes de janvier à octobre, la réduction n’était que de 3%.

Photo: Pixabay-CC

Toujours dans la lutte contre la déforestation, Côrtes commente la difficulté causée par les mesures, promues par le gouvernement, de démantèlement des équipes de l’IBAMA, du ministère de l’Environnement et de l’ICMBIO, qui pourraient compromettre l’atteinte des objectifs. La compromission du fonctionnement de l’IBAMA, en particulier, cause de grandes difficultés dans la lutte contre la criminalité environnementale. Selon le professeur, actuellement les contrôles sur le terrain, auparavant effectués par cette organisation, sont effectués par l’armée et la police militaire, qui n’ont pas de formation spécifique pour ce type d’opération.

Un autre problème alarmant est la préférence pour l’embauche de centrales thermoélectriques lors de la vente aux enchères d’énergie électrique organisée par le gouvernement fédéral pour répondre aux demandes nationales. Ce type de centrale utilise des combustibles fossiles tels que le gaz naturel et le fioul, qui émettent des gaz polluants.

Pour Côrtes, les objectifs présentés sont pleinement atteignables et nous sommes en position de zéro déforestation d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Cependant, le chemin parcouru ces dernières années va à l’encontre de ces résultats. « Ce n’est pas compliqué pour le pays d’y parvenir, mais il faut évidemment une volonté politique, il faut que cela sorte effectivement du papier », commente le professeur.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, sur Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

★★★★★