Le Brésil

Les règles juridiques édictées par l'Union dans la pandémie donnent la priorité à l'économie – Jornal da USP

jorusp

//jornal.usp.br/wp-content/uploads/2020/07/DIREITOS-PANDEMIA-2_FERNANDO-AITH_ROXANE.mp3

Le Centre de recherche et d'études sur le droit de la santé (Cepedisa) de la Faculté de santé publique (FSP) de l'USP a lancé la deuxième édition du Bulletin des droits en cas de pandémie. Préparé en partenariat avec Conectas Human Rights, le bulletin 2 apporte la Cartographie et analyse des normes juridiques pour répondre au covid-19 au Brésil. Avec cela un fait alarmant: le ministère de l'Économie est responsable d'une règle sur cinq de l'Union, et sur les 1 536 règles juridiques édictées par l'exécutif, 317 sont tournées vers l'économie.

LES USP dans le Air Journal s'est entretenu avec Fernando Aith, professeur au Département des politiques, de la gestion et de la santé de FSP-USP et l'un des responsables du bulletin. Analysant les normes publiées au premier semestre, le professeur parle de «l'hypernormativité de l'État», caractéristique d'un État de droit non fonctionnel. «(Avec) tant de règles, même le gestionnaire public ne peut pas suivre quelle règle doit s'appliquer, et encore moins le citoyen peut savoir quelle règle est valable et doit obéir», explique-t-il.

Pour Aith, le rôle du ministère de l'Économie dans le nombre de normes montre clairement que l'Union donne la priorité à l'économie. Malgré la crise sanitaire en cours, le ministère de la Santé (qui est sans ministre depuis 70 jours) a édité 240 règles sur la période, 77 de moins que le portefeuille économique. Un autre point qui attire l'attention est le ministère de l'Éducation, qui aurait dû soutenir les secrétariats municipaux et d'État en raison de la suspension des cours, mais cela ne s'est pas produit. Sur les 1 536 normes, moins de 3,2% provenaient de l'éducation, seulement 49.

Au milieu d'un manque d'action gouvernementale pendant la pandémie, nos peuples autochtones risquent d'être au milieu d'un génocide, puisque les entités qui les représentent représentent 16 000 cas et environ 500 décès dans tout le Brésil. Même les lois favorables à la prise en charge de ces peuples sont affaiblies, comme le souligne le bulletin, par le veto du président Jair Bolsonaro à des extraits de la loi 14 021 du 7 juillet. Créée comme une action d'urgence pour affronter le covid-19 dans les territoires autochtones, la loi attribue à l'Union le devoir de coordonner ce plan, mais a supprimé l'obligation de distribuer des paniers alimentaires de base, de l'eau potable et des outils agricoles aux Indiens, quilombolas et chercheurs artisanaux, argumenter la création de dépenses sans analyse d'impact financier.

Selon Fernando Aith, il s'agit d'une motivation juridiquement fragile, car elle ignore l'exceptionnalité de la période pandémique et le budget de guerre même approuvé par le Congrès, qui a libéré l'exécutif pour faire des dépenses extraordinaires. «(Ce sont des vetos) qui sont tristement célèbres sur le plan éthique, car ils ont pour conséquence immédiate d'exposer les peuples autochtones aux risques sanitaires les plus divers, en plus du coronavirus lui-même», déplore-t-il. Toujours selon le professeur, ce veto montre "sinon une intention délibérée de décimer ces populations, une totale négligence et omission de l'Union, qui est chargée de prendre soin des peuples autochtones du Brésil".

Les experts espèrent que le Congrès national et d'autres organes de contrôle pourront renverser ces vetos. Enfin, Fernando Aith le résume: "Ces règles sont nombreuses, nous les analysons et nous découvrirons très probablement beaucoup de choses sur la manière dont l'Union gère mal la crise sanitaire". Pour accéder au bulletin d'information sur les droits en cas de pandémie cliquez ici.

Écoutez l'interview complète dans le lecteur ci-dessus.


USP dans le Air Journal
Jornal da USP no Ar est un partenariat de Rádio USP, Faculté de médecine et Institut d'études avancées. Il cherche à approfondir les problèmes actuels de plus grande répercussion, en plus de présenter des recherches, des groupes d'étude et des spécialistes de l'Université de São Paulo.
A l'antenne du lundi au vendredi, de 7h30 à 9h30, avec une présentation de Roxane Ré.
Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l'adresse www.jornal.usp.br ou via l'application mobile.

.

.

.

Vous pourriez également aimer...