Les travailleurs indépendants et non enregistrés gagnent de la place. Le chômage baisse mais les revenus baissent

São Paulo – La baisse du taux de chômage, à 12,6 % au cours du trimestre clos en septembre, bien qu’étant une bonne nouvelle, comporte des données socio-économiques inquiétantes : une partie de cette amélioration est due à la progression de l’informalité sur le marché du travail. Désormais, selon l’Enquête nationale continue par sondage auprès des ménages (PNAD) de l’IBGE, le nombre de chômeurs est estimé à 13,453 millions. Il y a 1,378 million de moins sur le trimestre (-9,3%) et 1,144 million (-7,8%) de moins qu’à la même période l’an dernier. Le taux d’informalité s’élève à 40,6 % de la population active.

Toujours par rapport à septembre 2020, l’effectif compte 8,393 millions de personnes supplémentaires, soit une croissance de 7,6%. Mais alors que l’emploi avec un contrat formel dans le secteur privé a augmenté de 8,6 %, l’emploi sans contrat formel a augmenté de 23,1 %. Et le travail indépendant a augmenté de 18,7%, selon Pnad Contínua.

les travaux ménagers se développent

Ainsi, les salariés sous contrat formel (33,508 millions) représentent 31,5% de l’effectif (106,430 millions), le même pourcentage qu’il y a un an. Ceux qui ont un portefeuille (11 691 millions) sont passés de 9,7 %, en 2020, à 11 %. Et ceux à eux seuls (25,461 millions) sont passés de 21,9% à 23,9%.

Catégorie caractérisée par des emplois plus précaires, les travailleurs domestiques ont atteint 5,357 millions. Il y a eu une augmentation de 9,2% sur le trimestre et de 21,3% en un an. Près de 76% d’entre eux n’ont pas de contrat formel.

le revenu diminue

Le taux de sous-utilisation est tombé à 26,5 %. Il était inférieur à la fois par rapport à juin (28,5 %) et par rapport à septembre 2020 (30,4 %). Les personnes sous-utilisées, les personnes qui aimeraient travailler davantage, totalisent 30,7 millions.

Les découragés, ceux qui ont renoncé à chercher un emploi, sont désormais 5,1 millions, contre 5,9 millions il y a un an. Ils représentent 4,6 % de l’effectif.

Estimé à 2 459 R$, le revenu moyen a chuté de 4 % au cours du trimestre. Et il a chuté (11,1 %) en 12 mois. Avec l’augmentation de l’occupation, la masse des revenus (223,5 milliards de reais) est restée stable.

★★★★★